Français

Dans le documentaire Tellement fan!, qui sera présenté le lundi 27 mai sur ICI ARTV, le réalisateur français Maxime Donzel redore l’image des fans finis. Selon ses observations, la représentation médiatique des groupies se révèlerait tout simplement erronée. S’ils sont souvent dépeints de façon négative, parfois même présentés comme des psychopathes, le cinéaste croit plutôt que nombreux de ces adeptes constituent des esprits passionnés et créatifs, qui usent de leur admiration afin d’innover.

 

Rencontre avec Lyse Vaillancourt, une véritable passionnée de la série télévisée District 31, qui s’est servie de son adoration pour créer un bureau d’enquête virtuel, regroupant à ce jour des milliers d’internautes. Cet exemple de fan au Québec valide sans aucun doute la thèse proposée par le réalisateur français. 

 

D’après certains admirateurs de District 31, Lyse Vaillancourt représente l’une des fans les plus dévoués à cette œuvre télévisuelle. Depuis novembre 2018, la résidente des Laurentides consacre en ce sens plusieurs heures par semaine à la résolution des énigmes imaginées par l’auteur Luc Dionne.

 

En plus d’administrer un groupe Facebook secret comprenant plus de 7000 enquêteurs amateurs, madame Vaillancourt a créé des dizaines de fiches sur les personnages de la série et a réécrit près de 80 épisodes mot à mot.

 

« C’est sûr que c’est long, souligne-t-elle. Mais, c’est pratique et les membres s’en servent. » Aux dires de la retraitée à l’aube de la soixantaine, rédiger le verbatim d’un seul épisode nécessite environ six heures de travail.

 

Une communauté proactive

 

Au sein de cette escouade numérique, Lyse Vaillancourt ne se montre pas la seule à mettre la main à la pâte. Mise à part la participation active des membres, qui émettent chaque semaine des hypothèses, une modératrice déniche l’ensemble des lieux de tournage. « Quand il se passe quelque chose dans la série, nous savons, grâce à elle, exactement où l’action s’est déroulée », assure la Laurentienne.

 

Malgré que la saison soit maintenant terminée, le groupe reste très actif. Madame Vaillancourt entend même profiter de la période estivale pour transcrire les 40 premiers épisodes de la saison 3, qu’elle juge importants pour la suite des choses.

Ensemble, les quelque 7000 membres ont d’ailleurs réussi à élucider de multiples énigmes du poste 31. « Nous savions que c’était Yanick Dubeau qui avait séquestré la jeune femme », souligne-t-elle à titre d’exemple. Pour elle, ces réussites se révèlent hautement satisfaisantes et témoignent de l’ingéniosité de la plume de l’auteur.

 

« Luc Dionne respecte la logique narrative, et c’est l’une des raisons qui rendent la série très réaliste. Ses intrigues me stimulent et je suis loin d’être la seule. Moi, si tu mets mon cerveau à off, je meurs », lance-t-elle. Celle qui se décrit comme une « grande passionnée » assure néanmoins être régulièrement prise de court par le scénario.

 

L’amoureuse des œuvres de Stephen King avoue avoir été ébahie à l’écoute de la finale de la troisième saison. Elle souligne néanmoins que quelques indices avaient été laissés par l’auteur. « Après coup, j’aurais dû allumer lorsque Bruno [Gagné] a dit qu’il ne voulait plus toucher aux enfants. Pourquoi revenait-il avec ce sujet, alors que dans la saison 2, il avait réglé ce dossier? »

 

À la lueur des derniers épisodes, celle qui adore se creuser la tête soupçonne que le personnage de Yanick Dubeau prendra la fuite. « J’ai l’impression que le sergent-détective Patrick Bissonnette a laissé tomber sa poursuite pour se rendre sur les lieux de l’accident de Bruno », suspecte-t-elle. Selon elle, cette diversion permettrait à Dubeau de s’enfuir à l’étranger.

 

En ce qui a trait au personnage interprété par Michel Charette, Lyse Vaillancourt présume qu’il partira en congé sabbatique, mais qu’il reviendra. « C’est difficile à dire, mais si la saison 4 s’avère la dernière, je crois que tout va éclater. »

 

Une simple passion

 

Au premier abord, il peut paraître irrationnel, voire obsessif, qu’une adepte d’une émission de télévision passe autant de temps à analyser les moindres détails des épisodes. Cela dit, tout comme le démontre Maxime Donzel dans son documentaire Tellement fan!, plusieurs adeptes se révèlent simplement des passionnés, qui s’inspirent de leur art pour créer du contenu exclusif et ingénieux. 

 

« J’ai une vie en dehors de District 31. Et cette vie-là est très occupée. Je ne pleurerai certainement pas parce qu’un personnage est mort. D’ailleurs, Nadine est décédée. Laissez-la donc tranquille », spécifie-t-elle. Si elle se réjouit que l’œuvre de Luc Dionne lui permette de la faire réfléchir et de la surprendre, elle assure que jamais, au grand jamais, elle ne perdrait la tête pour autant.

 

Si le milieu des fans vous fascine, ne manquez pas la diffusion du documentaire français Tellement fan!, diffusé le lundi 27 mai sur ICI ARTV. Vous ferez la rencontre de personnalités aussi passionnées que Lyse Vaillancourt, mais cette fois-ci, aux quatre coins du monde.