Français


Visuel_Portrait-Boum

J’ai découvert Boum il y a quelques années à l’Expozine avec son album Les Boumeries Tome 1. Je suis tout de suite tombée sous le charme de ces petites histoires de la vie quotidienne, avec son amoureux Pierre-Luc, sa passion pour les lapins, ses drôles de rêves sur les toilettes et dans le dernier tome, la famille qui s’agrandit avec Margot. D'accord, je suis gâteuse, mais le bonheur ça fait du bien, surtout quand c’est raconté avec rythme. Mais Boum, c’est bien plus que les boumeries. Vous pourrez même la rencontrer en vrai pour le lancement du Tome 4 des Boumeries le 28 mai  à 17h au bar la Quincaillerie.

1- Comment êtes-vous devenue auteure de BD? 

C'est arrivé un peu tout seul, sans que je fasse exprès. J'ai étudié sept ans en dessin animé (d'abord au cégep du Vieux-Montréal et ensuite à l'université Concordia), et de la BD, j'en faisais des fois, pas très sérieusement parce que ça m'intimidait et je ne croyais pas être très douée. À l'hiver 2011, je me suis inscrite avec des amis au "Hourly Comic Day", un événement international anglophone, où, pendant une journée, on doit produire une BD par heure racontant le déroulement de notre journée. Je m'étais dit que ça ne m'engageait à rien, et j'ai participé sans trop me prendre au sérieux, juste pour le plaisir. À la fin de la journée, j'ai eu tellement de bons commentaires et d'encouragements à continuer que j'ai créé mon webcomic « Boumeries » que je tiens encore aujourd'hui. Une fois dans la BD, c'est trop l'fun pour en sortir, hein?

2- Qu’est-ce qui vous allume dans votre métier?

Raconter des histoires. C'est aussi ce que je préférais de l'animation. C'est un bel adonc que je puisse les raconter avec mes propres dessins, parce que sinon, je m'en allais étudier en littérature!

3- Quelle facette de votre travail vous déplaît ?

Travailler dur pendant des mois, voire des années sur un projet, et réaliser que les gens le lisent en 20 minutes. Remarque, je devrais m'en réjouir, parce que l'animation c'est encore plus court que ça!

4- Si vous n’aviez pas de limites,
quelle serait la BD que vous rêveriez de réaliser?

Ado, j'ai écrit et réécrit (mais jamais achevé) un roman de science-fiction qui frise le fantastique. C'était un mastodonte de 500 pages de texte que j'ai retravaillé et recommencé plusieurs fois parce que je vieillissais. C'est un peu mon bébé jamais mené à terme, et j'aimerais vraiment, vraiment beaucoup en faire une BD un jour, mais plusieurs raisons m'empêchent de le faire: 1. je m'intéresse pas mal moins au fantastique maintenant et ça me fait un peu honte; 2. ça serait un projet de BD complètement interminable, de quoi remplir au moins 2000 pages; 3. c'est plein de fusils et d'autos du futur et de trucs du genre, toutes des affaires que je ne suis pas capable de bien dessiner; 4. c'est tellement loin de ce que je fais comme BD en ce moment, je me demande ce que les lecteurs penseraient...?

5- Ce qui vous inspire?

Comme mes Boumeries sont le récit de ma vie de tous les jours, chaque petite anecdote vaut de l'or. Pour mes autres projets, tout peut m'inspirer, une belle illustration, un film, un jeu vidéo, une bonne BD...

6- Un album qui vous a marquée?

«Pyongyang », de Guy Delisle. La Corée du Nord vue de l'intérieur par l'auteur, qui travaillait à l'époque en animation. C'est étrange et ça met mal à l'aise parfois, puis ça fait rire tellement c'est absurde. Vraiment intéressant et divertissant. (En plus, je comprends tout le jargon technique d'animation, héhé.)

7- Un auteur à découvrir?

Caroline Breault, alias Cab, bédéiste derrière le fabuleux « Hiver nucléaire », qui paraîtra chez Front Froid cet automne, mais que vous pouvez lire en entier ici. Des BD apocalyptiques humoristiques se déroulant à Montréal mettant en scène des hipsters mutants, y en a pas des masses!

8- Votre blogue BD préféré?

J'aurais envie de remettre « Hiver nucléaire » ici, mais je dois aussi admettre que je meurs à chaque fois que Boulet met son blogue à jour tellement c'est bon.

9- Si vous aviez un conseil pour un jeune qui rêve de faire la BD
ça serait lequel?

De viser bas au départ. De commencer avec des histoires courtes et simples. Ton projet épique de dragons et de galaxies lointaines qui va te prendre un prologue de 200 pages pour bien décrire ton univers, garde-le pour plus tard, quand tu auras le recul et la pratique pour déterminer quoi garder et quoi couper. (Je l'sais, j'étais de même aussi.)

10- La question qu’on ne vous pose jamais,
mais à laquelle vous aimeriez répondre?

« Alors, c'était comment, Angoulême ? »

Visuel_Boum-sur-le-web
Son portefolio
Boumeries | Son blogue | Canal YouTube

Boum-652px-Petiterevolution-Cover
Boum-652px-Petiterevolution-florence
Boum-652px-Petiterevolution-p64

Boum-652px-BoumeriesVol3-Cover
boumeries

BoumeriesT4