Français

 Visuel_Portrait-Thierry-Labrosse

J'ai posé dix questions à l'auteur de bande dessinée Thierry Labrosse qui est le créateur de la formidable trilogie de science fiction Ab Irato. Il est vrai que la plupart des amateurs de BD le connaissent surtout pour la série Moréa qu’il a co-réalisée avec le scénariste Arleston. Mais moi, c’est Ab Irato qui m’a fait tripper! Cette histoire de science-fiction se déroule à Montréal et soulève des enjeux très actuels. Son dessin y est moins « propre » que dans ses projets antérieurs. On y sent encore toute l’énergie du premier coup de crayon, c’est plus instinctif et ça amplifie la charge émotive. J’ai vraiment très hâte de lire la conclusion de l’histoire.

Pour une occasion de découvrir l’univers de Thierry Labrosse, suivez la série BDQC. L'épisode le mettant en vedette sera diffusé le dimanche 8 juin à 19 h.  De plus, jusqu’au 14 juin, vous pouvez visiter l’exposition BDQCà l’ARTVstudio pour voir de plus près les reproductions et des planches originales de tous les auteurs de la série. L'entrée est gratuite!

1- Comment êtes-vous devenu auteur de BD? 

Depuis que je suis tout petit, je rêve de faire ce métier. À la fin des années soixante, début soixante-dix, je collectionnais les suppléments illustrés des journaux weekend de mon père. À l'époque, on y retrouvait de très grands dessinateurs américains tels que Russ Manning (Tarzan) ou encore, Sy Barry (Le Fantôme). Déjà, j'aimais la bande dessinée dites d'aventure au dessin réaliste. Puis au début de l'adolescence, on a eu la bonne idée de m'abonner au journal Tintin et Pif Gadget, dans lesquels j'ai découvert des virtuoses du dessin tel que Hermann et Chéret.

2- Qu’est-ce qui vous allume dans votre métier?

De voir les mondes apparaître sous le griffonnage de mon crayon ou encore faire vivre des personnages au fil des mots. Il n'y a rien de tel que d'inventer un univers qui, jusqu'alors, n'existait pas. Une fois qu'un album est terminé, l'univers vit dans l'esprit de tous ceux qui l'on lu… C'est quand même extraordinaire comme métier.

3- Quelle facette de votre travail vous déplaît?

La finition des pages est la partie de mon travail qui me déplait le plus. C'est-à-dire terminer tous les petits détails qui restent à faire : une main ici, un bout de décor là, une silhouette à corriger... Cette étape du travail peut facilement me prendre 25 % du temps alloué à la réalisation d'une planche. Je m'en passerais facilement!

4- Si vous n’aviez pas de limites,
quelle serait la BD que vous rêveriez de réaliser?

Je suis justement en train de faire cette BD qui s'appelle Ab Irato. J'irais jusqu'à dire que j'ai appris mon métier en ayant entre autres comme objectif, de la réaliser un jour. L'atmosphère de cette histoire m'habite depuis mes vingt ans. Je suis en train de terminer le dernier tome de cette trilogie rêvée.

5- Ce qui vous inspire?

Comme je suis d'abord un visuel, je dirais le cinéma de genre, les jeux vidéo d'aventure, le cosplay et la photo.

6- Un album qui vous a marqué?

Plusieurs albums m'ont marqué au fil des ans mais plus récemment je dirais,Le Chasseur Déprime du regretté Moebius. Selon moi, cet album révèle un véritable néo-symbolisme dépouillé et puissant. L'histoire a peu d'importance, tout ce passe entre les lignes…

7- Un auteur à découvrir?

La jeune auteure Stéphanie Leducet ses différents projets. Elle fait de la BD pour enfants, pour ados et pour adultes.

8- Votre blogue BD préféré?

Des signets sur mon fureteur, j'en ai des centaines, lesquels vous donner? Je dirais que mes recherches web tournent autour des mots clés suivants: illustrations, planches originales, pinups et jolies filles, à partir de là, j'ai fais plein de trouvailles où j'ai fini par ajouter ces mêmes signets…

9- Si vous aviez un conseil pour un jeune qui rêve de faire de la BD
ça serait lequel?

Apprenez à dessiner et apprenez à écrire, il n'y a pas de véritable raccourci. À chaque jour investissez-vous dans le but de vous améliorer sans cesse. C'est comme pour les arts martiaux, au fil du temps, des obstacles et du dépassement de soi, on peut avoir accès à la ceinture noire. Je pense qu'un tel parcours n'a de sens que si l'on aime réellement ce métier.

10- La question qu’on ne vous pose jamais,
mais à laquelle vous aimeriez répondre ?

« Après Ab Irato, que comptez-vous faire ? »
J'ai l'impression de commencer ma vie d'auteur, le meilleur reste à venir. Je me sens en pleine possession de mes moyens, j'espère vivre vieux et faire les meilleurs bouquins qui me soient donnés de faire...

Visuel_Thierry-sur-le-web
Son blogue
 | Blogue La contrebande Sa biographie |
Sa bibliographie | Facebook


TLabrosse-AbIrato-1
TLabrosse-AbIrato-2

TLabrosse-Morea-1
TLabrosse-Morea-2

" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen>

Affiche ARTVstudio
Affiche réalisé pour le lancement d’ARTV Automne 2012