Français

3 films adaptés de bandes dessinées

Pierre-Anaïs Parent St-Gelais

14 mai 2014

De prime abord, le 9e art a plusieurs éléments communs avec le cinéma: la case rappelle le format de l’écran... et encore plus le storyboard. Pourtant, l’adaptation de l’un à l’autre n’est absolument pas un gage de réussite. Les réalisateurs prennent parfois trop de liberté, dénaturent l’histoire et s'éloignent de l'univers du bédéiste, sous prétexte qu’il faut s’adapter au langage cinématographique ou, au contraire, essayent de récréer la bd case par case.

Les adaptations se multiplient, pour le meilleur et pour le pire. Souhaitons que l’adaptation de la bd «Paul à Québec» sera «pour le meilleur». Avec Michel Rabagliati comme coscénariste, on peut espérer que Paul prenne vie tel qu'on l'a imaginé.

D’ici là, voici une petite sélection de films qui donne envie de lire les bandes dessinées qui les ont inspirés.

Ghost World, Terry Zwigoff, 2001
Clowes-extract-p.-39

Avec un scénario élaboré par Daniel Clowes, auteur de la bande dessinée du même nom, le film Ghost World charme autant que la bd. Récipiendaire de l’Oscar du meilleur scénario adapté, Ghost World met en vedette la toute jeune Scarlett Johansson et l’ex-enfant vedette Thora Birch dans le rôle de deux amies qui traversent le délicat passage entre la fin de l’adolescence et le début de la vie d’adulte.

Et voilà qu’au détour d’une scène, je croise le clone de Marc Arcand, célèbre personnage de Série Noire adepte du nunchaku...Les auteurs de Série Noire se seraient-ils inspirés de ce film culte ?


La vie d’Adèle, Adbellatif Kechiche, 2013
bleu_couleur_chaude1

J’ai lu. J’ai vu. J’ai aimé. Le cinéaste Abdellatif Kechiche, malgré sa Palme d’or en poche, a reçu toutes les critiques possibles...

Pourtant, comme l’explique Julie Maroh l’auteure de la bande dessinée Le bleu est une couleur chaude, le cinéaste s’est approprié l’histoire.

Il l'a fait sienne et il a réussi selon moi à transmettre l’essence de la bd: cette passion incommensurable entre ces deux filles que tout séparait.

 

Quai d’Orsay, Bertrand Tarvernier, 2014
Salmigondis-600x385-thumb-600x385-44893
Même si certains passages flirtent dangereusement avec le burlesque, les acteurs (entre autres, Thierry Lhermitte à son meilleur et Niels Alstrup stoïque à souhait) réussissent à recréer à merveille ce «Quai d'Orsay» digne d'une «maison de fous» dépeint dans la bd de Abel Lanzac et Christophe Blain dont le premier tome a été publié en 2010. Le réalisateur Bertrand Tavernier a d’ailleurs écrit le scénario avec Christophe Blain.

On m’a dit beaucoup de bien de la série Batman de Christopher Nolan (si j'ai adoré les films, je ne peux évaluer la qualité de l'adaptation puisque je n'ai pas lu les comics!), de l’adaptation de Watchmen de Zack Snyder, du Astérix et Obélix: mission Cléopatre ou encore du Sin City de Frank Miller et Robert Rodriguez... Auriez-vous des films à ajouter à cette liste ?