Français
Albert Einstein, l’insoupçonnable violoniste

Albert Einstein, l’insoupçonnable violoniste

Laurence Godcharles

11 septembre 2019

Albert Einstein est le père de la relativité restreinte. Mais saviez-vous que sans son amour pour le violon, il n’aurait jamais fait cette découverte? À la veille de la diffusion de Génie : Einstein sur les ondes d’ICI ARTV, nous avons discuté avec Maurice Rhéaume, un passionné de musique classique qui anime, depuis quelques années, des causeries sur la dimension philosophique et artistique du physicien allemand.

 

C'est à l’époque où il agissait à titre de responsable des communications à l’Orchestre symphonique de Québec (OSQ) que Maurice Rhéaume a développé cet intérêt pour la relation particulière qu’entretenait Einstein avec la musique. En souhaitant attirer un public plus nombreux aux représentations, le mélomane s’est mis à organiser des causeries sans prétention où il traitait de l’avidité de certaines personnalités connues pour la musique classique. Depuis, quelque 50 de ces événements sont présentés chaque année aux quatre coins de la province.

 

« Au lieu d’approcher les gens avec de grands compositeurs, comme Bach et Beethoven, j’ai commencé à m’intéresser aux célébrités qui avaient un appétit important pour ce style musical, mais qui ne sont pas spécialement reconnues pour cette dimension de leur vie », explique-t-il. Selon lui, cette façon de faire permet à la musique orchestrale de se distancer de l’étiquette élitiste qui lui est souvent accolée.

 

Et puisque Albert Einstein est une véritable icône de la culture populaire, s’y consacrer paraissait une excellente idée. « C’est un aspect méconnu [d’Einstein]. Pourtant, la musique était très importante dans sa vie. Il a même joué aux côtés de musiciens très célèbres », souligne le spécialiste. En effet, pendant ses années à Berlin, le scientifique a entre autres partagé son amour du violon avec Fritz Kreisler, un instrumentiste viennois notoire. 

 

Einstein n’a cependant pas développé cette passion pour la musique classique du jour au lendemain. Sa mère, pianiste, a rapidement souhaité lui transmettre son zèle. « Déjà, à 5 ans, le petit Albert apprenait le violon. Mais à l’époque, il ne montrait pas un grand intérêt pour cet instrument, ni même pour la musique », raconte Maurice Rhéaume, qui anime également l’émission Couleurs et mélodies sur les ondes de Radio VM. 

 

C’est lorsqu’il a découvert Mozart que tout a chaviré. « Ses compositions l’entraînaient dans un monde parallèle, mentionne-t-il, une sorte de majesté cosmique. Les concertos de ce compositeur lui ont donné la piqûre, l’amenant à se lancer de plein fouet dans l’étude de la musique. » Les premiers airs qu’Einstein aurait joués sont les sonates pour violon et piano de Mozart, qu’il interprétait avec sa mère. 

 

Eurêka! 

 

Au cœur de différents ouvrages abordant la vie d’Einstein, une citation revient à tout coup : « La découverte de la relativité restreinte m’est arrivée par intuition, et la musique était la force motrice de cette dernière », aurait-il déclaré. Bien que la source de ce propos n’ait pas été dénichée, Maurice Rhéaume croit d’emblée à sa véracité. 

 

« Souvent, quand ses recherches aboutissaient à un cul-de-sac, Einstein prenait son violon et se mettait à jouer. Après quelques instants, il s’arrêtait et eurêka! il trouvait une solution », explique-t-il. Le mélomane précise qu’en mettant son « cerveau intellectuel » en veille, le Prix Nobel de physique (1921) devenait plus réceptif aux nouvelles idées. Il relate également qu’à la suite de sa découverte révolutionnaire, le physicien aurait acheté un violon en guise de récompense. 

 

Quelques autres artistes remarquables ont aussi cultivé un important savoir-faire scientifique. Léonard de Vinci figure parmi ces génies. « Nous le connaissons pour son grand art, mais Vinci a conçu des prototypes d’ingénierie qui ont pris des années à se concrétiser », avance Maurice Rhéaume. Le peintre de La Joconde a notamment ébauché le parachute, le char d’assaut, l’automobile, la bicyclette, le scaphandre et la calculatrice. 

 

 

« La mathématique de la musique et celle de la science physique coïncident », soutient l’animateur radio, titulaire d’un baccalauréat en arts de l’Université Concordia à Montréal. « Dans l’œuvre de Mozart et de Bach, par exemple, les mélodies, les harmonies et les contrepoints se basent sur des principes arithmétiques », affirme-t-il. 

 

De nombreux récits à propos d’Einstein racontent d’ailleurs que Fritz Kreisler l’aurait taquiné sur ses connaissances mathématiques après qu’il eut fait une erreur à l’archet. « Avec un air moqueur, il lui a dit : “Qu’est-ce qu’il y a, professeur? Ne savez-vous pas compter?” », rapporte Maurice Rhéaume. 

 


 

Pour en connaître davantage sur l’histoire de cet artiste scientifique, ne manquez pas l’émission Génie : Einstein diffusée les jeudis à 21 h sur ICI ARTV.