Français

Les albums musicaux internationaux qui ont fait du bien à nos oreilles

ICI ARTV

8 décembre 2018

blogue-8

Que ce soit grâce à nos tables tournantes ou à nos paires d'écouteurs, on ne se lasse jamais de découvrir de nouvelles sonorités. Voici les albums et les titres qui nous ont fait bouger en 2018.

 

The Now Now - Gorillaz

On ne sait pas si c’était pour nous faire oublier le plutôt ordinaire Humanz, mais Damon Albarn est revenu à la charge seulement 15 mois plus tard avec une nouvelle proposition. The Now Now est plus concis, la liste des invités est réduite au minimum (George Benson, Snoop Dogg et Jamie Principle) et ceux qui se sont ennuyés de la présence d’Albarn sur Humanz seront ravis de constater qu’il a beaucoup plus de «temps de glace». Si lors de la première écoute, on peut avoir l’impression d’entendre des morceaux dignes d’une face B, on tombe rapidement sous le charme des pièces électro-chill (Kansas, Sorcerez) et des moments plus intimistes comme la magnifique Fire Flies.

 

Si vous avez une seule pièce à écouter : Hollywood (avec Snoop Dogg et Jamie Principle)

 

Chris - Christine and the Queens

On pourrait parler de son nouveau look androgyne ou encore de son nom d’artiste (appelez-la désormais Chris), mais allons à l’essentiel; le deuxième album d’Héloïse Letissier est une solide collection de chansons pop/funk/R’n’B. Enregistré en anglais et en français, Chris confirme l’immense talent de celle qui a été adulée par Elton John et Madonna. Quelle malédiction du deuxième album?

Si vous avez une seule pièce à écouter : 5 Dols

 

 

Good Thing - Leon Bridges

Un autre deuxième album réussi ici. Leon Bridges élargit ses horizons et délaisse la musique soul vintage au profit d’une production R’n’B plus moderne et – disons-le – plus «commerciale». On fronce les sourcils face à cette nouvelle proposition au départ, mais force est de constater que Good Thing passe le contrôle qualité. C’est le genre d’album qui pourrait se démarquer à la prochaine remise des prix Grammy.

Si vous avez une seule pièce à écouter : Bad Bad News

 

 

Con Todo El Mundo - Khruangbin

Il y a quelque chose de totalement envoûtant dans la musique instrumentale de ce trio du Texas. Con Todo El Mundo navigue dans les mêmes eaux que sur sa première offrande, parue en 2015, mais qui s’en plaindra? Ce funk psychédélique trempé dans des sonorités asiatiques et moyen-orientales a un effet des plus apaisants quand l’actualité est déprimante. À découvrir d’urgence si ce n’est déjà fait.

Si vous avez une seule pièce à écouter : August 10

 

 

Little Dark Age - MGMT

Il s’agit d’un quatrième album assez étonnant pour MGMT. Non pas parce qu’il est très original ou déroutant, mais parce que, justement, le groupe délaisse les facettes plus arides des deux derniers albums en assumant beaucoup plus le côté accrocheur de sa musique. On ne retrouve cependant toujours pas d’hymnes à la Kids ou Time to Pretend, mais c’est sans importance puisqu’on ne s’ennuie pas une seconde durant les 40 minutes que dure l’album.

Si vous avez une seule pièce à écouter : Little Dark Age

 

 

Tell Me How You Really Feel - Courtney Barnett

Après une parenthèse d’un album en duo avec Kurt Vile, notre slacker australienne préférée est de retour là où nous l’attendions, pour notre plus grand bonheur. Quelque part entre Sheryl Crow et Pavement, Courtney Barnett approfondit son folk alternatif attachant. Les thèmes sont toujours aussi personnels, l’écriture, savoureuse, et le son, juste assez varié. Coup de cœur pour le début de l’album; l’intrigante Hopefulessness suivie de la réjouissante City Looks Pretty.

Si vous avez une seule pièce à écouter : Charity

 

 

Petite amie - Juliette Armanet

Fort du prix de révélation de l’année aux dernières Victoires de la musique, le premier album de Juliette Armanet a pris du temps à atterrir au Québec (ce qui est étrange en 2018 avec les services de musique en ligne). Quoi qu’il en soit, Petite amie est un pur délice pour les oreilles. Avec ses chansons au piano et cette voix cristalline, on pense bien sûr à la mélancolie de Véronique Sanson, mais il ne faut pas oublier la facette plus dansante de la musique d’Armanet (Cavalier seul, L’indien).

Si vous avez une seule pièce à écouter : À la folie

 

 

Sparkle Hard - Stephen Malkmus and the Jicks

À 51 ans, Stephen Malkmus aurait-il signé son meilleur album solo? C’est du moins ce que croient plusieurs critiques musicaux. Sur Sparkle Hard, l’ancien chanteur de Pavement trouve le parfait équilibre entre son rock déconstruit habituel, des pièces très accessibles et quelques nouveautés stylistiques (Refute avec Kim Gordon, de Sonic Youth). Le tout avec un plaisir de jouer qui s’entend sur chacune des pièces. Si on voulait utiliser un cliché, on dirait que, comme un bon vin, Malkmus se bonifie avec le temps.

Si vous avez une seule pièce à écouter : Shiggy

 

Cocoa Sugar - Young Fathers

Bien qu’il s’agisse du cinquième album du groupe, plusieurs personnes (dont l’auteur de ces lignes) ont découvert Young Fathers avec Cocoa Sugar cette année. Ceux pour qui ce n’est pas encore fait, imaginez TV on the Radio un brin plus expérimental et penchant un peu plus vers le hip-hop. Si l’audace prédomine du début à la fin de l’album, ce n’est jamais au détriment de l’émotion ou de l’urgence. Brillant et poignant.

Si vous avez une seule pièce à écouter : Border Girl

 

 

DAYTONA – Pusha T

DAYTONA est le premier des cinq albums qui sont sortis de la série G.O.O.D Music, l’étiquette de Kanye West. Et c’est sans doute le meilleur. En 21 minutes, l’ancien membre du duo Clipse balance sept pièces qui ne passent pas par quatre chemins et qui s’enchaînent parfaitement. Pusha T rappe sur des échantillons soul et funky, convie Rick Ross sur Hard Piano et écorche (une fois de plus) Drake sur Infrared. Le tout réalisé avec brio par Yeezy.

Si vous avez une seule pièce à écouter : The Games We Play

 

 

En amont – Alain Bashung

On retrouve habituellement peu d’albums posthumes dans les rétrospectives de fin d’année, mais En amont, du regretté Alain Bashung, fait figure d’exception. On ne peut passer sous silence la qualité des 11 pièces qui sont, en quelque sorte, des chutes de studio de Bleu pétrole, sorti en 2008. Les textes sont signés par Joseph d’Anves, Arman Méliès, Xavier Plumas, Raphaël Mickaël Furnon (Mickey 3D) et Dominique A. Ce dernier lui avait offert la magnifique Immortels, qui ouvre l’album, avant de l’enregistrer pour son album La musique/la matière en 2012. Même si on se doute qu’il s’agit de «maquettes» et qu’elles auraient sûrement été plus riches musicalement si elles étaient sorties à l’époque, ces chansons brillent par leur pertinence et leur profondeur. Il est bon de retrouver le maître, une dernière fois.

Si vous avez une seule pièce à écouter : Immortels

 

***

Et vous, quel album étranger avez-vous écouté en boucle cette année?

 

Rédigé par Mathieu Valiquette