Français

Le mythe de la chanteuse française Barbara est plus vivant que jamais même 23 ans après sa disparition. La « longue dame brune » à l’aura mystérieuse, vêtue de noir, se livrait corps et âme dans ses textes et sur scène, au piano. Une chanteuse au regard voilé et franc, qui détestait les médias et qui ne voulait que chanter.  La « pianiste chantante » a toujours su entretenir son mystère tout en nous livrant sa vie dans les lignes de ses chansons. ICI ARTV vous propose de replonger dans 6 inoubliables classiques.  


ICI ARTV présente le film Barbara   de Mathieu Amalric avec Jeanne Balibar, Mathieu Amalric et Vincent Peirani ce samedi 25 janvier à 12 H et en rediffusion à 23 H 10. 


Mon enfance

Chanson parue en 1968 et tirée de l’album Le soleil noir, Barbara nous y livre quelques souvenirs d’enfance. Une chanson douloureuse et sombre. La petite Monique Serf, de son véritable nom, et sa famille ont dû se cacher dans le village de Saint-Marcellin dans l’Isère tout près de Grenoble, pendant l’occupation allemande alors qu’ils étaient poursuivis par la Gestapo. « Nous devions vivre comme les hors-la-loi » chante-t-elle, racontant qu’elle n’avait pas le droit de dévoiler qu’elle était juive. Elle chante son retour au village après des années, les doutes qui s’en suivent et la douleur des souvenirs d’enfance.

 

Nantes

Parue en 1964, Nantes lui prit quatre ans à écrire.  Une chanson qui coule comme une larme,  un doux cri d’adieu à son père, Jacques Serf. Quelques années plus tard, on apprend qu’il l’a violée toute son enfance avant de l’abandonner. Elle y raconte son dernier jour, ce dernier rendez-vous, à Nantes, qui lui était encore inconnue. « Il avait fallu ce message, pour que je fasse le voyage. »  Elle veut lui offrir son pardon. Elle y arrive trop tard, son papa déjà parti. Une des chansons les plus difficiles de son répertoire.

 

L’aigle noir

Une des chansons les plus connues de son répertoire, L’aigle noir, parait en 1970 sur l’album simplement intitulé Barbara, décrit l’aigle qui vole près d’elle dans un rêve. La chanteuse a reconnu que cet aigle représente une personne qui a belle et bien existé dans sa vie, un souvenir d’enfance. Elle n’a cependant jamais confirmé de qui il s’agit.
 

Göttingen

La chanson parait en 1967 et est enregistrée à Hambourg. Devenue un hymne à la paix entre les nations française et allemande, Barbara raconte les nombreuses divisions entre les deux pays pendant la guerre. Étant juive, la chanson porte une symbolique particulière. En effet, elle a dû se cacher dans le village de Saint-Marcellin en France lors de l’occupation allemande en cachant son identité.

 

Vienne

Classique de Barbara, Vienne est écrite comme une lettre d’amour à l’être aimé. Une lettre qui témoigne d’une liberté loin de ce dernier, du bien-être d’être séparé. Puis le temps passe, plus les lettres se font rares, la peur de l’oubli prend place, le manque aussi. Plus la chanson avance, plus Barbara souffre et doute.

 

Dis, quand reviendras-tu?

Parue en 1962, la chanson raconte son histoire d’amour avec le diplomate Hubert Ballay. Étant souvent absent à cause du travail et ses nombreuses missions, elle écrit ce désormais classique, celui d’une femme qui s’impatiente du retour de son amoureux, mais qui ne l’attendra pas à tout jamais. Cette chanson est probablement la plus connue de la chanteuse.