3 choses que vous ne saviez peut-être pas sur la série Au bout du lac

TOP OF THE LAKE

Dès le 22 mars, ICI ARTV vous entraîne dans les méandres d'une enquête en eaux troubles avec la mini-série en 6 épisodes «Au bout du lac» (vf. de Top of the Lake), qu'on doit à la fantastique réalisatrice Jane Campion (The Piano, Holy Smoke)

Dans une région isolée de Nouvelle-Zélande, une jeune fille de 12 ans disparaît mystérieusement. La détective Robin Griffin (Elizabeth Moss) mène l’enquête, mais ses questions provoquent des remous et ses découvertes l’enfoncent dans des flots de plus en plus sombres.

Voici 3 choses que vous ne savez peut-être pas sur cette série.

1. Des sources d'inspiration diversifiées

La réalisatrice Jane Campion admet avoir été inspirée par de nombreuses oeuvres télévisuelles dans la création de la série Top of the Lake. Bien que plusieurs aient établi des rapprochements entre la série et la série culte de David Lynch Twin Peaks, la réalisatrice affirme que la série The Killing (elle-même basée sur la série danoise Forbrydelesen) qui lui a donné envie de mettre au monde un drame policier. Les parallèles entre les deux séries sont d'ailleurs nombreux.

The Killing est présenté sur la chaîne AMC.

Dans un tout autre registre, les séries Mad Men (qui expose l'univers de la publicité à New-York dans les années 1960) et Deadwood (un western dont l'action se situe au 19e siècle) auront également contribuer à inspirer Campion. Finalement, la réalisatrice a été inspirée par son environnement... en effet, elle possède une résidence dans le Sud de la Nouvelle-Zélande et, lors d'une marche non loin de chez elle, elle a eu la vision d'une jeune fille avançant dans un lac glacé. Le reste de l'histoire a pris forme autour de cette image forte.

2. Série télévisée ou très long film?

00_42_46MB-Auboutdulac-Saiso

La série Au bout du Lac comporte 7 épisodes qui durent chacun un  peu moins d'une heure. Mis bout à bout, ces épisodes forment un long film de six heures. Même si on est de plus en plus habitué à des séries télévisées de grande qualité, celle-ci se situe dans une classe à part. Les critiques ont été quasi-unanimes pour vanter la qualité du scénario et de la réalisation, ainsi que le jeu des acteurs.

Il faut dire que ce n'est pas tous les jours qu'une réalisatrice oscarisée et encensée comme Jane Campion choisit la télévision... Les qualités «cinématographiques» de la série expliquent sans doute que celle-ci, avant de prendre d'assaut le petit écran, ait été présentée dans les plus grands festivals internationaux de cinéma : Sundance, Berlin et Cannes.

3. Sookie contre Peggy?

À l'origine, le rôle de Robin était destiné à l'actrice néo-zélandaise (née au Canada) Anna Paquin. Celle-ci, qu'on connaît particulièrement pour son rôle de Sookie Stackhouse dans la populaire série de vampires True Blood, avait déjà collaboré avec Jane Campion dans le film The Piano

Ce n'est qu'après qu'Anna Paquin ait décliné l'offre en raison de sa grossesse que Campion fit appel à Elisabeth Moss, que le grand public connait bien depuis qu'elle prête ses traits à Peggy Olson dans Mad MenCe choix d'une actrice américaine a coûté cher à la production, puisqu'il a poussé  l'Australian Broadcasting Corporation, qui devait à l'origine co-produire la série, à se retirer du projet. Le jeu en valait la chandelle ; Moss crève l'écran.

TOP OF THE LAKE

Le personnage de Robin n'est pas le seul qui aurait pu prendre d'autres traits. La propre fille de Mme Campion a failli avoir un rôle dans la série. Quant au personnage de GJ, interprété par Holly Hunter, il aurait pu être joué par Jennifer Ehle.

 

Ne manquez pas Au bout du lac les jeudis 22h dès le 22 mars sur ICI ARTV.

TOP OF THE LAKE