Français

Ce billet vous est offert par l’équipe web de C’est juste de la TV.


 

Juin, c’est le Mois de la Fierté! Une occasion pour souligner, célébrer et se remémorer l’impact de la communauté LGBTQ+ dans notre société.

Et dans notre télé, qu’en est-il? On profite de l’occasion pour se rappeler (ou découvrir!) des séries dans lesquelles la communauté LGBTQ+ est bien représentée.

 

GENTLEMAN JACK

La première saison de Gentleman Jack est une coproduction de la BBC et de HBO, apparue sur nos écrans en 2019. La série raconte la vie d’Anne Lister, figure féministe de la littérature anglaise du 19e siècle. L’histoire est directement inspirée par les journaux intimes tenus par Anne et qui étaient, en grande partie, rédigés en langage codé. Une fois décodés, ils révèlent une vie de relations lesbiennes, entre autres avec Ann Walker, une riche héritière.

La série débute en 1832, alors qu’Anne Lister (Suranne Jones) revient d’un long voyage. De retour dans le domaine familial, elle décide de se lancer dans l’exploitation d’une mine sur ses terres. Évidemment, tout le monde ne voit pas d’un bon œil cette femme célibataire et indépendante (comprendre ici : des hommes d’affaires locaux lui font du trouble). Pour investir dans la mine, elle a besoin d’argent. Elle se met donc en tête de séduire une jeune et riche héritière : Ann Walker (Sophie Rundle).

Accessible sur Crave. Une saison deux est prévue pour 2021.

 

JAMAIS DEUX SANS TOI

Diffusé pour la première fois sur les ondes de Radio-Canada en 1977 et pendant trois saisons, Jamais deux sans toi revient sur les ondes en 1990 pour finalement devenir Les héritiers Duval en 1995.

Cette série suit la vie de la famille des Duval, formée des parents Rémi et Francine (Jean Besré et Angèle Coutu) ainsi que de leurs deux enfants, Christian et Dominique (Stéphane L’Écuyer et Valérie Gagné). Une famille normale d’Outremont qui, comme tout le monde, s’accroche, se chicane, se taquine, se réconcilie, le tout avec humour.

Dans cette série, Serge Thériault interprétait un personnage gai, Bernie Lacasse, qui était l’homme de ménage du couple. Qu’est-ce que Bernie avait de spécial? Rien, justement! Il était simplement homosexuel tout en étant une personne ordinaire. Cela peut nous sembler une évidence en 2021, mais dans les années 70, il s’agissait d’un grand pas vers l’avant. Il n’était pas marginal ou ostracisé. Il vivait simplement sa vie, comme tous les autres personnages.

 

TACTIK

Cette série jeunesse, diffusée sur les ondes de Télé-Québec de 2009 à 2013, raconte la vie de préados et de leurs familles, et a pour trame de fond le soccer. Amour, école, changements, amitié, responsabilité, rivalité; les jeunes vivent tout cela dans la vie… et sur le terrain de soccer!

Théo (Benjamin Chouinard) est un jeune garçon rêveur, rassembleur et philosophe. Même s’il n’est pas très populaire auprès des filles, il a parfois quelques amourettes qui ne durent pas. Lors de la cinquième saison, Théo réalise qu’il a développé des sentiments amoureux pour son ami Maxime, de qui il est très proche. Maxime étant hétérosexuel, c’est un amour à sens unique. Lors du dernier épisode de la série, on apprend que Théo a fait son coming out et qu’il est en couple avec un garçon du cégep.

En rediffusion sur Unis TV.

 

THE 100

Inspiré des romans du même titre, The 100 a été diffusée sur les ondes de The CW pendant sept saisons, de 2014 à 2020.

Un holocauste nucléaire a ravagé la Terre, et quelques êtres humains ont réussi à s’enfuir à bord de stations spatiales. Après trois générations en orbite, 2400 personnes se trouvent maintenant à bord. Les ressources commencent à manquer, et les mesures sont de plus en plus sévères pour assurer la survie de tous et toutes. Cent prisonnières et prisonniers mineurs sont donc envoyés sur la Terre afin de voir si la race humaine peut y habiter à nouveau, et découvrent que certaines espèces animales, et même des êtres humains, ont survécu à l’apocalypse.

Cette série futuriste se distingue dans le paysage, puisque l’orientation sexuelle n’y est jamais présentée comme un enjeu, ce n’est jamais un punch. Les personnages vivent leurs attirances et leurs amours sans explication, sans justification, le plus naturellement du monde, que ce soit le couple formé par Clarke et Lexa ou celui de Nathan et Jackson.

La série est sur Netflix.

 

WATATATOW

Les ados de Watatatow ont TOUT VÉCU. Littéralement. De la première relation sexuelle à l’incendie criminel du Spot, de la première bouffée de marijuana au sida, des déménagements au tueur en série : parlez-moi d’une adolescence bien remplie!

En presque 15 ans, soit de 1991 à 2005, sur les ondes de Radio-Canada, l’émission a touché à tous les sujets et tenté de répondre à toutes les questions que les ados peuvent avoir. À travers les centaines de personnages, il y en a eu plusieurs de la communauté LGBTQ+, les plus marquants étant Mireille, Joël et Paule, qui ont tous vécu leur homosexualité à leur façon. Cet éventail de situations a pu montrer diverses réalités des jeunes de la communauté LGBTQ+, à une époque où les ressources étaient moins accessibles qu’aujourd’hui.

Certains épisodes sont rediffusés sur Unis TV et même offerts sur le site web de la chaîne.

 

SCHITT’S CREEK

La série canadienne Schitt’s Creek a tiré sa révérence en 2020 après six saisons, créant une grande tristesse chez les fans.

La famille Rose est pleine aux as, mais après une arnaque, elle se retrouve complètement paumée. Sa seule option est de déménager dans la minuscule ville de Schitt’s Creek, qu’elle avait achetée à la blague il y a plusieurs années. Déracinée, obligée d’emménager dans deux chambres de motel, loin du confort et de son ancien mode de vie, la famille va tranquillement se reconstruire et s’adapter à sa nouvelle réalité, non sans heurts.

Cette comédie a rapidement gagné le cœur du public. C’est l’une des premières fois où l’on voit à l’écran un personnage pansexuel, soit David (Dan Levy). La série a également contribué à déconstruire les préjugés envers les relations entre hommes, qui sont souvent présentées comme étant sans lendemain à la télé. Un peu comme Cam et Mitchell dans Modern Family, le couple David-Patrick (Dan Levy et Noah Reid) a incarné une relation solide à long terme, basée sur l’amour et le respect.

De plus, l’acceptation est reine dans la série. Comme le mentionne l’actrice Emily Hampshire, qui incarne Stevie, en entrevue à GayTimes :

« Je pense que le plus gros héritage de la série, c’est la décision de Dan dès le départ de ne pas inclure d’homophobie dans Schitt’s Creek. Je pensais que c’était une idée tellement marginale parce que je me disais que, pour dénoncer quelque chose comme l’homophobie, il fallait qu’un personnage soit maltraité pour ensuite gérer la situation. Mais non, c’est beaucoup plus intelligent. Il a montré un monde où ça n’existe pas, et vous savez quoi? C’était génial. L’homophobie ne manque à personne. »

La série est sur Netflix et CBC Gem.

 

Bon visionnage et bon Mois de la Fierté!