Des livres qui nous ont fait réfléchir en 2023

Des livres qui nous ont fait réfléchir en 2023

Retrouvez tous les articles de la rétrospective culturelle de 2023

Voir tous les billets

Pour susciter la réflexion, pour approfondir ses connaissances sur un sujet ou bien pour être confronté à d’autres réalités du monde, lire des essais est toujours une bonne idée. Voici quelques ouvrages québécois sortis en 2023 qui méritent votre attention.

 

Essai de Léa Stréliski.La recette de l’amour, de Léa Stréliski (Québec Amérique)

Avec humour et vulnérabilité, Léa Stréliski nous livre sa vision de l’amour dans ce livre qui se situe à mi-chemin entre un essai sur la psychologie du couple et un récit personnel truffé d’anecdotes auxquelles il est aisé de s’identifier. L’humoriste y dévoile ses ingrédients magiques qui font durer le sentiment amoureux, tout en légèreté, sans toutefois minimiser le travail que nécessite la longévité d’une relation.

 

Essai Hors jeu.Hors jeu: chronique féministe et culturelle sur l'industrie du sport professionnel, de Florence-Agathe Dubé-Moreau (Remue-ménage)

Après avoir épaulé son conjoint Laurent Duvernay-Tardif au cours de sa carrière en football américain au sein de la NFL, l’autrice de ce livre s’interroge : mais quand est-il des femmes dans le milieu du sport professionnel masculin? À travers sa loupe féministe, elle explore les figures féminines de cette industrie et déconstruit plusieurs mythes : de la WAG (la conjointe d’un athlète) à la meneuse de claque, en passant par la directrice d’équipe. Florence-Agathe Dubé-Moreau parvient à capter notre attention à l’aide de constats alarmants comme le fait que seulement 4 % du temps d’antenne est consacré aux sports féminins, tout en dressant des espoirs pour le sport en tant que vecteur d’égalité.

 

Essai Mise en forme.Mise en forme, de Mikella Nicol (Le Cheval d’août)

Ce livre conjugue les codes du roman autofictif et ceux de l’essai. À la suite d’une rupture, Mikella Nicol plonge la tête la première dans l’univers de la culture physique (fitness) afin de se sentir en contrôle de son corps, devenu son unique lieu de repli. Mais cette quête de la silhouette parfaite ne s’annonce pas si salvatrice qu’elle en a l’air. À travers les rencontres de l’autrice, mais aussi des faits sur l’industrie du bien-être, ce récit confronte le lectorat à ses propres biais et injonctions concernant l’entraînement physique.

 

Essai Cocorico.Cocorico : les gars, faut qu’on se parle, de Mickaël Bergeron (Somme toute) 

Est-ce qu’une masculinité positive, empathique et inspirante est possible? C’est ce que croit le journaliste Mickaël Bergeron. Dans cet essai percutant et facile d’accès, il estime que ce n’est pas aux féministes d’avoir la responsabilité de déconstruire les normes binaires traditionnelles délétères. Loin d’être une leçon de morale, l’auteur lance une invitation à tous les hommes afin de remettre en question leurs comportements, les attentes qui pèsent sur eux et les réflexions qui les habitent pour faire mieux et se sentir mieux.

 

Essai Chocolaté.Chocolaté : le goût amer de la culture du cacao, par Samy Manga (Écosociété)

L’industrie du chocolat engendre des milliards de dollars par an, mais dissimule une réalité bouleversante. Samy Manga nous entraîne à la source de l’exploitation du cacao, sur le continent africain, où les conditions de travail sont révoltantes : travail forcé des enfants, pauvreté extrême, déforestations massives, empoisonnement des populations locales aux pesticides, etc. Avec éloquence et une dose d’espoir, l’auteur brosse le portrait de cette réalité néocolonialiste inacceptable afin de la faire sortir de l’ombre.

 

Essai Au-delà de la grossophobie.Au-delà de la grossophobie, de Julia Lévy-Ndejuru et Marilou Morin-Laferrière (Éditions La Presse)

Environ 65 % des Québécoises et Québécois ne sont pas satisfaits de leurs corps et souhaitent maigrir : il s’agit d’une conséquence directe de la culture des régimes dans laquelle nous baignons tous et toutes! À l’aide d’études et de conseils pratiques, deux diététistes-nutritionnistes redéfinissent le bien-être au-delà du poids sur la balance. Les autrices retracent également l’origine de la grossophobie, une oppression pernicieuse qui s’invite presque systématiquement à notre table et nous empêche d’accepter notre corps. Un essai qui risque d’engendrer des discussions. 

 

Essai Habiter en beauté.Habiter en beauté, de Catherine Perrin et Pierre Thibault (Éditions La Presse)

La pandémie a permis à de nombreuses personnes de prendre conscience que les lieux où nous habitons et que nous fréquentons ont une grande influence sur notre bien-être. Sous la forme d’un dialogue original entre l’architecte Pierre Thibault et l’animatrice Catherine Perrin, cet essai interroge et documente le pouvoir de l’architecture à améliorer le bien commun, en partie grâce à son harmonie avec la nature. De la réinvention des villes à l’optimisation des intérieurs, cette discussion enrichissante s’attarde sur les espaces du quotidien.

 

Essai Vivre avec une seule planète.Vivre avec une seule planète, de Camille Dauphinais-Pelletier et Élizabeth Ménard (Éditions du Journal)

Ce guide rédigé par deux journalistes du 24 heures a pour but de nous outiller face à la crise climatique à l’aide d’astuces concrètes pour diminuer notre empreinte écologique. Les gestes à poser sont classés en différents thèmes et tous sont accessibles à celles et ceux qui ne savent pas par où commencer ni comment agir efficacement pour modifier le cours des choses. Alimentation, transports et voyages, achats de vêtements, loisirs… Tous les sujets sont abordés afin de passer à l’action. Un livre à mettre dans de nombreuses mains!

 

Découvrez les livres de fiction québécois qui ont marqué l’année.