Français

Au Québec, la belle saison rime avec coups de cœur artistiques, visites captivantes et escapades dépaysantes. Découvrez ce qui éveille l’appétit culturel de la chroniqueuse et humoriste Catherine Éthier cet été!

 

UN album

Au moment où vous lirez ces lignes, L’étrange pays de Jean Leloup aura sans doute pris d’assaut tympans, pavillons, hanches festives et audacieuses stations de radio qui en diffuseront peut-être la grande beauté. Jean Leloup a écrit et enregistré cet album dehors, en communion avec la nature, ses sons qui retroussent, surprennent et nous plongent dans son repère dont lui seul brandit le set de clés.

Lousse, libre et toujours chavirant de justesse, Jean accompagnera certes chacun de mes souffles cet été, grand musicien, immense poète, au-delà du personnage dont on aime se sustenter sur le velours des tapis et dans la « tévé » du soir. Je pense devoir beaucoup à ce grand homme, tant dans l’exercice d’ouvrir les vannes sans retenue que dans cette volonté de décrire les choses dans la plus magnifique des laideurs.

 

 

UN road trip

Comme l’été est court, le Québec se décore chaque année de centaines de festivals et d’événements fantastiques. Cet été, je vous proposerais plutôt de vous réapproprier le fleuve Saint-Laurent. Vous savez, ce cours d’eau qui fait sa fraîche et dont on oublie la beauté? En tant que Montréalaise, j’ai d’ailleurs rarement l’impression d’habiter une île, l’accès au fleuve étant, ma foi, restreint d’une tristesse inouïe. Si le temps vous manque, planifiez donc un après-midi au Village éphémère au Pied-du-Courant pour embrasser l’eau des yeux sur fond de musique festive et cours de yoga à la brunante.

Et pourquoi ne pas en profiter pour, ne serait-ce qu’un week-end, en descendre du bout des pupilles les flots par la 132 (sur la route, hein. Par les eaux, ça risque de gâcher vos Birkenstock) qui offre, passé Québec, des paysages à couper le souffle? Vraiment. Un arrêt à Kamouraska, à Cacouna et à Rivière-du-Loup pour vous émouvoir à la vue du plus beau coucher de soleil.

Et pourquoi pas, faire travail buissonnier et poursuivre l’aventure jusqu’au sous-marin Onongada de Pointe-au-Père, magnifiquement peint de motifs funky, respirer l’air marin et foncer vers Chandler, le casseau rempli de lobster rolls, vous émouvoir le bulbe à Nova Lumina, un parcours nocturne gaspésien lumineux orchestré par Moment Factory? Notre fleuve est immensément beau. Immensément fragile et immensément À NOUS. Rendons-lui visite, ça nous aidera peut-être à en prendre soin.

 

 

UN SOUVENIR D'ÉTÉ

Il y a trois ans, j’ai eu la chance inouïe de parcourir Terre-Neuve, l’espace de trois semaines. Ce que j’y ai vu m’a renversée, tant les paysages multiples changent radicalement au fil de la route, des montagnes « parc-jurassiquesques » de Port-aux-Basques aux plaines verdoyantes de la Irish Loop. L’un des moments les plus marquants de mon voyage s’est toutefois déroulé à St Anthony, à l’extrémité nord-ouest de l’immense île, où j’ai rencontré une petite mère renarde à trois pattes (on n’a pas pris le thé ensemble ni prévu de racquetball) et ses cinq petits, noirs et roux.

Ils semblaient habitués aux randonneurs des montagnes et je me suis, je vous en fais promesse, bien gardée de leur tâter le crâne. J’ai pu les observer deux bonnes heures, libres en bord de mer, jouer et faire d’étonnantes galipettes, voir cette petite mère à trois pattes leur rapporter TROIS (ce qui me sembla) souris, parfaitement peu impressionnée par le défi de se mouvoir un membre en moins sur des terres escarpées que le « câlaille ». Je me suis sentie vraiment privilégiée d’assister à ce grand spectacle-là, sans ticket pour le Biodôme, debout, dans une fine brume.

 

 

UNE PLOGUE

L’avenir est en ce moment rempli de mystères et de défis! Outre quelques scènes montréalaises que je tâcherai de fouler en toute dignité cet été, je visiterai Caraquet, du 11 au 15 septembre prochain, pour le festival d’humour Rien, où une variété d’artistes se produiront sur scène tant pour la famille que pour des publics plus avertis. Je suis emballée par cette maritime perspective et espère vous y voir la bette bien repue et bercée de risettes.