Français

Chicago
Source : Wikipédia Creative Commons

Bon. Mettons d'emblée une chose au clair. Je ne crois pas vraiment qu'on puisse se lasser de New-York, à moins d'être ridiculement blasé. La Big Apple, avec ses adresses gourmandes et ses spectacles surprenants, mérite la position enviable qu'elle occupe dans le coeur de plusieurs personnes. Mais ce n'est pas la seule ville américaine qui vaille le déplacement. J'ai récemment passé quelques jours à Chicago avec ma mère et j'y serais volontiers restée un mois tant la métropole de l'Illinois m'a instantanément conquise.

Pour y aller

En avion, moins de 2h30 séparent les aéroports Pierre-Elliot Trudeau et O'Hare. C'est donc moins long qu'aller à Québec en autobus (mais ça demeure un brin plus coûteux, quand même, et on doit se frotter aux si sympathiques douaniers américains). Il est aussi possible de s'y rendre en bus, en train ou en voiture, mais il faut compter une journée presque entière pour le transport. Le Midwest, ce n'est quand même pas la porte à côté!

Mon Top 5

Ce n'est pas un vrai Top 5, parce que chaque catégorie compte quelques coups de coeur...  pas facile de se limiter!

Les oeuvres d'art

La troisième plus grande ville américaine se démarque sur le plan artistique. En matière de musées, le Art Institute of Chicago n'est pas piqué des vers. On y retrouve notamment une des plus importantes collections au monde de peinture impressionniste et post-impressionniste, qui mériterait à elle seule qu'on lui consacre une journée. On a raté de peu l'exposition «Magritte: le mystère de l'ordinaire», mais on s'est vite consolé ; il y avait tant à voir! En fait, on aurait pu passer une semaine entière à visiter cet incroyable musée.

Georges Seurat, Un dimanche à la Grande Jatte (1884). Une des nombreuses oeuvres qui m'ont rendue nostalgique de mes cours d'histoire de l'art.

L'art, bien sûr, n'a pas sa place qu'au musée. On croise plusieurs oeuvres d'art public en déambulant dans les rues de Chicago, mais jamais plus qu'au fameux Millenium Park, un parc public époustouflant situé juste à côté du Art Institute, en plein Loop (le centre-ville). La plus illustre création qu'on puisse y admirer est sans contredit Cloud Gate, du sculpteur britannique Anish Kapoor. Affectueusement surnommée «The Bean» (sa forme rappelle celle d'une fève rognon) l'énorme structure à la surface faite d'acier inoxydable poli agit comme un miroir déformant qui reflète le paysage urbain. C'est impressionnant et fascinant. Les touristes (on s'inclut dans le lot) ne peuvent s'empêcher de tourner autour de ce haricot géant post-moderne en avançant, reculant et réalisant des selfies nouveau genre.

bean

La bouffe

Chicago a la réputation d'être le paradis des foodies, on s'attendait donc à bien manger. Nous n'avions pas les moyens de payer 400$ la tête chez Alinea, mais avons tout de même fait de succulentes découvertes. Dans la catégorie «Wow!», deux restaurants sont sortis du lot. Tout d'abord, l'asiatique fusion Embeya (Theater District), qui nous avait été chaudement recommandé. La formule «petits plats à partager» plait toujours, surtout lorsque les plats en question sont sublimes. Le grand favori: ces aubergines confites sur crème de coco fouettée, avec ris de veau et arachides rôties.

Sans-titre-4

C'est à l'heure du brunch, le jour du départ, que notre coeur chavira une nouvelle fois. Le Lula Cafe (Logan Square), dont une jeune Chicagoaine branchée nous avait vanté les mérites, propose une cuisine locale, goûteuse et follement créative. Si on retourne dans la ville des vents, on ira volontiers y souper!

oeufs   pancake

Hachis de patate douce et courge, pulled pork, bette à carde, cheddar et oeuf // Pancakes de seigle, confiture de raisins, poires caramélisées et crème anglaise au chèvre.

Dans un autre ordre l'idée, parce qu'à mes heures j'adore le folklore alimentaire américain un peu malsain (amenez-en, des cornichons frits!), on a mangé deux fois de la deep dish pizza. Très différente de la pizza napolitaine tout en finesse à laquelle on est habitué, cette tarte-pizza tout à fait décadente saura vous séduire si vous êtes friand de fromage fondu et peu enclin à compter les calories. Ce très scientifique article nous a guidées dans notre quête de pizza.

L'architecture

La cité qui a vu naître le gratte-ciel fera tourner les têtes des passionnés d'architecture. Pour découvrir les édifices emblématiques de la ville tout en recevant un petit cours d'histoire fort instructif, offrez-vous la croisière de la société d'architecture sur la rivière Chicago (parole de fille qui boude habituellement les tours touristiques.) Ensuite, si vous vous intéressez à l'oeuvre de l'architecte vaguement mégalomane Frank Lloyd Wright, allez faire un tour à Oak Park, où il a signé un temple et plusieurs maisons, dont la sienne. Cette proche banlieue cossue de Chicago est par ailleurs tout à fait charmante avec ses coquettes boutiques et ses restaurants alléchants. On s'y rend facilement en transport en commun.

Le jazz et le blues

Les deux événements musicaux auxquels nous avons assisté étaient aux antipodes l'un de l'autre. Tout d'abord, nous avons visité le Buddy Guy's Legend, une véritable institution à Chicago. L'endroit ne ressemble à rien, vaste salle sans charme aux plafonds bas, mais dès 20h, toutes les chaises étaient occupées. On a vite compris pourquoi... les musiciens qui se produisent sur cette scène-là sont prodigieux.

Quelques jours plus tard, nos pas (et les conseils avisés d'une copine locale) nous ont menées au Chicago Bordel, un speakeasy contemporain, bien caché des regards indiscrets (il faut entrer dans le restaurant de tapas au rez-de-chaussée, passer une porte invisible et monter une volée de marches pour y accéder). Le style de l'endroit est résolument rétro, avec ses délicieux cocktails à l'ancienne et son esthétique tout droit sortie des années folles. Là encore, le talent musical était au rendez-vous avec Miss Ebonie Taylor et le band «maison» qui l'accompagnait.

bordel

Les transports en commun (oui, oui!)

Il faut probablement venir de Montréal pour s'extasier à ce point sur l'efficacité du système de transports en commun, mais WOW! Premièrement, la ville est très bien desservie par le «L», réseau de métro aérien et sous-terrain de Chicago, qui se rend même dans les proches banlieues et, joie, à l'aéroport. Ensuite, on a adoré le principe des trains aériens, justement, qui nous permettent de voir la ville tout en s'y déplaçant. Finalement, le système d'autobus est redoutablement efficace... vraiment très exotique pour un Montréalais! Ça semble anodin, mais avec un bon système de transport en commun, on sauve un temps fou et on peut faire deux fois plus de choses.

Chicago-Loop-SEcornerSource : Wikipédia Creative Commons

 

Et vous, connaissez-vous Chicago? Faites-moi part de vos coups de coeur, pour le jour où j'y retournerai!