Français

Ô capitaine! Mon capitaine! 10 profs inoubliables

Qui ne se souvient pas avec émotions, sourires ou fous rires, d'un ou d'une institutrice, professeur-e, mentor, qui a marqué de son enseignement, de sa philosophie, de ses apprentissages notre parcours de jeune adulte?

On les oublie parfois, mais ils reviennent vite à nos pensées quand on se remémore nos jeunes années. En cette semaine de rentrée, faute de répertorier tous les profs bien réels qui nous ont permis de devenir les hommes et femmes que nous sommes aujourd'hui, voici ceux que nous avons en commun, ceux que le cinéma a rendus inoubliables!

Le prof qui vient de loin mais si proche: Monsieur Lazhar
(Philippe Falardeau - Québec 2011)

De l'Algérie au Québec, un professeur qui crée des ponts entre les cultures, entre les enfants et les adultes, entre les humains, malgré les traumatismes vécus par chacun. Un professeur au coeur sans frontières.

Le prof mélomane: Professeur Holland (Stephan herek - États-Unis, 1995)

Emporté par sa passion de la musique, un professeur-compositeur qui, tant bien que mal, se partage entre famille, école et création... pour finalement faire de sa vie un véritable opus.

La prof qui n'a pas froid aux yeux: Top Gun (Tony Scott - États-Unis, 1986)

Être une femme professeur dans la plus prestigieuse des écoles de pilotage de l'armée de l'air des États-Unis, ça prend du caractère. Et quand parmi les aviateurs débarque un Tom Cruise au sang chaud, il faut être prête à de la haute voltige!

Le prof héroïque: Au revoir les enfants (Louis Malle - France, 1987)

Tenter de sauver la vie de ses élèves, coûte que coûte, contre la haine et la violence, au risque de perdre la sienne, c'est ce que certains professeurs ont vécu et vivent encore en période de guerre. Respect et hommage à eux.

Le prof grand frère: Half Nelson (Ryan Fleck - États-Unis, 2006)

Il est loin d'être parfait et c'est ce qui fait de lui un être familier, avec qui on peut avoir des secrets, pour mieux avancer ensemble. Ryan Gosling fait un prof on-ne-peut-plus crédible, avec ses idéaux et ses failles.

La prof prise dans l'engrenage: Notes on a Scandal (Michael Eyre - Grande-Bretagne, 2007)

Quand un professeur est trop aimée de ses élèves, et d'un en particulier, ainsi que de ses collègues, et d'une en particulier, l'engrenage est en marche pour un face-à-face « hitchcockien » entre l'intense Cate Blanchett et l'oppressante Judi Dench.

Le prof cérébral: A Beautiful Mind (Ron Howard - États-Unis, 2001)

Un esprit génial, capable de décoder les codes les plus indéchiffrables, un universitaire reconnu et admiré dont la réalité va devenir, du jour au lendemain, une énigme pour lui-même et les siens. Son plus grand défi commence.

La prof tout-terrain: Dangerous Minds (John N. Smith - États-Unis, 1996)

Pour intégrer une classe de secondaire où les élèves font pour la plupart partie de gangs et ont à faire avec le trafic de drogues, être une ancienne U.S. Marine peut avoir des avantages. Mais peut-être pas ceux que l'on croit au premier abord.

Le prof aventurier: Indiana Jones (Steven Spielberg - États-unis, 1981, 1984, 1989, 2008)

Avant d'être l'aventurier casse-cou malgré lui que l'on connaît, Indiana Jones est avant tout le professeur Jones, docteur en archéologie. N'oublions pas son enseignement préféré: ''Sa place est dans un musée'' et la cohorte d'étudiantes pâmées pendant ses cours! Oui, on l'aime Indiii!

Bien sûr, il y a bien d'autres professeurs du 7e art qui sont restés dans nos mémoires et vous en retrouverez plusieurs dans nos autres billets de blogue spécial rentrée. 

Je termine ce billet par un professeur qui, au propre comme au figuré, nous a émus hier et nous inspirera encore demain:

Ô capitaine! Mon capitaine: Dead Poets Society (Peter Weir - États-Unis, 1989)

''Carpeeeee diem - cueille le jour présent'', voici une citation qui reste gravée dans les mémoires, comme Robin Williams dans son personnage de M. Keating. Chapeau bas pour cet acteur et les moments de bonheur qu'il nous a offerts.