Français

Êtes-vous familier avec la «québécitude»? C'est une expression qui est employée pour désigner le sentiment d'appartenance à une culture spécifique des Québécois ou, si on préfère le formuler ainsi, l'ensemble des caractères propres à la communauté et à la culture des Québécois. Car, c'est bien vrai, nous les Québécois avons certains petits traits qui nous rendent uniques en notre genre!

Même si les artistes provenant des quatre coins de la province sont capables d'exprimer cela dans leurs oeuvres, le cinéma est peut-être le meilleur miroir de notre identité. C'est pourquoi, à quelque jours de la Saint-Jean-Baptiste, j'ai eu envie de dresser une courte liste de films qui font, à leur manière, un portrait de la québécitude d'hier à aujourd'hui. Les thèmes abordés dans ces longs-métrages sont souvent universels, mais racontés de manière à toucher nos cordes sensibles.

L'audition

Le monologue d'audition que fait le personnage de Luc Picard à la fin de ce film est une des plus belles scènes du cinéma québécois, à mon humble avis. Impossible de ne pas verser une larme en entendant ce père dire à son fils d'être fidèle à lui-même et de rester fier. Parler du goût des «patates frites» n'a jamais été aussi émouvant! Le tout est couronné de la magnifique chanson thème de Daniel Bélanger pour la trame sonore du film. Un véritable coup de coeur !

C.R.A.Z.Y

Avec ce film, le cinéaste Jean-Marc Vallée a vraiment réussi à dresser le portrait d'une famille qui s'aime et se déchire. Malgré tout ce qui se produit au sein de la famille Beaulieu dans cette histoire, on voit bien que ces personnages sont à la recherche du bonheur, comme nous tous. Même si le personnage interprété par Marc-André Grondin est considéré comme «différent» aux yeux de certains, ce film raconte une histoire d'amour et de tolérance.

Babine

Le film Babine représente le folklore et la poésie québécoise. Avec ses mots et ses histoires, le scénariste Fred Pellerin  nous transporte dans un Québec d'antan (mais qui semble avoir résisté au temps à St-Élie-de-Caxton). En 2016, on dirait qu'on a perdu l'esprit de communauté. Avec les personnages mis en scène dans cet univers, on retrouve un peu de cet esprit, avec les bons et les mauvais côtés... les mauvaises langues et les voisins solidaires. Un film qui fait sourire à tout coup!

La Grande Séduction

En parlant d'esprit de communauté, comment ne pas mentionner la magnifique comédie qu'est La Grande Séduction? Quel bonheur de voir évoluer les attachants personnages du petit village de Ste-Marie-la-Mauderne, le tout très loin de la réalité montréalaise qui est si souvent exposée à l'écran! Dans ce film, on a droit à un humour intelligent et somme tout discret, ce que le public a grandement apprécié. On voudrait une comédie avec ce type d'humour beaucoup plus souvent, s'il vous plaît !

Le déclin de l'empire américain et Les invasions barbares

Bon, ici je triche, car je ne vous parle pas d'un film, mais de deux ! Parce que tant qu'à souligner Le déclin de l'empire américain, ça vaut la peine de poursuivre avec la suite, et vice et versa. Le déclin de l'empire américain a été l'un des premiers succès québécois à l'international. Les discussions mordantes de ses adultes à propos du sexe opposé et des relations amoureuses ont fait de ce film un incontournable du cinéma d'ici. On peut en apprendre plus sur le cheminement personnel des personnages dans Les invasions barbares où la maladie réunit les amis et la famille du personnage de Rémy Girard... et où l'irrévérence du cinéaste Denys Arcand n'a rien perdu en efficacité!

Horloge biologique

Trois amis font face à leur peur de la paternité dans ce deuxième long-métrage de Ricardo Trogi. Horloge biologique dresse un portrait assez juste d'une génération contemporaine en pleine recherche de ses propres valeurs. Dans le scénario, il y a un bel équilibre entre les scènes comiques et les scènes dramatiques, le tout sous-tendu par un propos intelligent.  C'est un « film de gars » qui fait réfléchir en couple!

Les Plouffe 

On remonte dans le temps avec ce film de Gilles Carle qui est sorti en salle en 1981. Avec un budget de 5 millions de dollars (ce qui était ÉNORME pour l'époque), le cinéma québécois n'avait pas encore connu une production d'une telle envergure avant la sortie en salle du film Les Plouffe. L'histoire de la famille Plouffe se déroule dans la ville de Québec au début des années 40. Adapté du roman de Roger Lemelin publié en 1948, le film témoigne très bien de l'existence des Canadiens-Français dans une société en plein bouleversement.

Les Plouffe

La forteresse suspendue

Voici une suggestion qui plaira à toute la famille! La Forteresse suspendue fait partie des fameux Contes pour tous de Rock Demers. Cette Guerre des tuques - version été - fait rêver les petits et les grands à leurs prochaines vacances. Tous ceux qui ont déjà fait du camping durant leur jeunesse se reconnaîtront dans les aventures et dans l'imaginaire des enfants qu'on suit dans ce film. Un bon divertissement pour célébrer le cinéma d'ici, la québécitude et le début de l'été 2016!

" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen>

Auriez-vous ajouter un film à cette liste ? Selon vous, quel film représente bien le caractère des Québécois?