Français

 

Évidemment, une année de cinéma, c’est d’abord des films. Mais cette année, c’est aussi celle où ça a brassé dans le merveilleux monde du cinéma étranger. Sur, et surtout, hors des écrans!

 

Les femmes à l’honneur

Juliette Binoche dans Un beau soleil intérieur de Claire Denis

Oui, bien sûr, en 2018, on aura assisté aux effets divers et variés des prises de parole féminines post #MeToo. Mais on se souviendra aussi d’une montée des marches entièrement féminine au Festival de Cannes, de l’engagement de plusieurs festivals internationaux à mieux respecter la parité en matière de programmation ou encore du nombre impressionnant de films portés par des protagonistes féminines (d’Un beau soleil intérieur, de Claire Denis, à A Star Is Born, de Bradley Cooper, en passant par Halloween, de David Gordon Green, ou Widows, de Steve McQueen).

 

La musique et la danse

Suspiria (Luca Guadagnino)

A Star Is Born, donc, mais aussi des films biographiques en bataille de musiciens, comme Bohemian Rhapsody en passant par des documentaires sur M.I.A ou Aretha Franklin, l’année cinéma aura assurément été marquée par des retours sur des carrières musicales pour le moins compliquées. Mais sans chant, et avec une grâce inouïe, ce sont surtout deux scènes de danse qui auront laissé leurs traces cette année : une, sublime et poétique, envoûtante et sensuelle, dans Burning, de Lee Chang-dong, et une autre, terrifiante et hallucinante, dans Suspiria, de Luca Guadagnino.

 

Netflix, le grand méchant loup

Roma (Alfonso Cuaron)

Rappelons-nous. En mai dernier, Thierry Frémaux, du Festival de Cannes, interdisait l’accès en compétition officielle aux films Netflix, qui, sur pression de la plate-forme, n’ont en principe pas le droit d’être diffusés en salle. Mais depuis, rien ne s’est révélé si simple. Un film Netflix, Roma, d’Alfonso Cuaron, a en effet remporté le Lion d’or du Festival de Venise. Or, un film destiné à être vu uniquement sur un écran « normal » peut-il vraiment gagner un prix majeur dans un festival de cinéma? Même Netflix (alléché par l’idée de gagner quelques Oscar, ne soyons pas dupes) se pose la question et envisage désormais de peut-être sortir ses productions dans des salles de cinéma… En attendant, ce sont Paul Greengrass, les frères Coen ou encore bientôt Martin Scorsese et Guillermo del Toro qui se sont fait une place du côté de Netflix. Un sujet dont on parlera encore assurément en 2019!

 

Rédigé par Helen Faradji

 

Découvrez les tendances du cinéma d'ici.

 

Pour voir ce qui s’est passé dans le domaine culturel au cours de la dernière année, consultez notre rétrospective culturelle chaque jour jusqu’au 26 décembre.