Français
Ode à Salut Bonjour (et à la télé en direct)
Karine Paradis/HollywoodPQ

Ode à Salut Bonjour (et à la télé en direct)

Josiane Aubuchon

26 mai 2021

Ce billet vous est offert par l’équipe web de C’est juste de la TV.


Il est fini, le temps où tout le Québec se retrouvait au salon à la même heure et au même poste pour regarder l’émission phare du moment. Avec la vidéo sur demande, les chaînes spécialisées et la multiplication des plateformes de contenu télévisuel, tout le monde peut regarder ce qui lui tente quand ça lui plaît.

Toutefois, un peu comme un petit village gaulois vis-à-vis Rome, une émission résiste. Beau temps, mauvais temps, pandémie ou non, c’est en direct qu’on se donne rendez-vous pour prendre le premier café du matin avec Salut Bonjour.

Ode à cette émission qui, bien installée dans sa case horaire depuis plus de 30 ans, accompagne les lève-tôt du Québec.

Le logo de l'émission Salut Bonjour.
Crédits : Page Facebook de Salut Bonjour


Les avantages du direct

Salut Bonjour, c’est ce qu’il nous reste de la belle époque où l’on regardait la télévision en temps réel. Ni le Club illico, ni ICI Tou.tv, ni Netflix ne peuvent nous offrir les petits matins de Gino Chouinard en « rattrapage télé ». 

Personne ne peut vous divulgâcher des éléments clés de l’émission ou même de la saison. Salut Bonjour, ça s’écoute dans l’ici et maintenant. Même si au bureau, à la machine à café, vous parlez de vos moments préférés de la chronique culturelle, personne ne va vous en vouloir. Quand on parle de Gino et sa bande, personne ne s’offusque en disant : « Chut, je ne suis pas encore rendu à cet épisode. »

Ça fait du bien de pouvoir parler de télé sans craindre les représailles de qui que ce soit. 

La magie du direct amène beaucoup de spontanéité et humanise joliment chacun des segments de l’émission. C’est rempli d’autodérision et de sympathie. Quand Gino est pris au piège dans une entrevue embarrassante, nous mangeons nos toasts avec compassion. Quand Gino se pète la gueule en Segway, nous mangeons nos céréales en riant de bon de cœur. Quand Gino lance une petite blague salée entre deux nouvelles choc, nous recrachons notre jus d’orange.

Bref, écouter Salut Bonjour, c’est faire partie de l’équipe, c’est partager la même réalité.

Lorsque la chronique circulation parle d’embouteillage, nous réajustons notre itinéraire ou nous apprécions davantage le télétravail. Lorsque Miss Météo se fait pleuvoir sur la tête par jour d’averse, nous savons que le parapluie sera de mise. Ces exemples peuvent paraître anodins et un brin quétaines, mais on ne peut nier leur utilité. 

Au Québec, peu importe l’âge ou le sexe, porter le manteau adéquat en avril reste un défi de haute voltige. On gèle le matin, on crève à midi... Pourquoi se priver des conseils météo? Salut Bonjour, heureusement, est une vraie émission de service qui s’ajuste en simultané aux petits défis quotidiens de monsieur et madame Tout-le-Monde.


Un petit soutien matinal

Regarder une émission du matin, c’est s’offrir un petit coup de pouce pour amorcer la journée. En pleine pandémie, il n’est pas rare de se lever les cheveux en bataille, la bouche croûtée du vin rouge de la veille et le regard piteux. Puis, soudainement, on trouve l’énergie de saisir la télécommande et, comme par magie, sans y penser, on syntonise TVA. Ça se fait tout seul, comme un réflexe. 

Dès les premières notes de la chanson-thème de l’émission, on se sent bien. C’est un indicatif musical réconfortant qui nous rappelle que peu importe notre situation, nous sommes ensemble dans le même bateau. Gino et sa horde de chroniqueurs et chroniqueuses au teint vif et frais sont là pour nous rappeler qu’il faut nous secouer et prendre ce nouveau jour à bras le corps. 

L’équipe de Salut Bonjour, c’est une troupe de troubadours. On ne peut pas résister à son charme digne d’une petite famille d’oursons croisée lors de vacances idylliques dans Charlevoix. On s’y attache rapidement. C’est comme si elle faisait partie de notre vie. Peu importe notre pyjama, notre humeur ou nos crottes d’yeux, elle est toujours là. C’est sécurisant.

Même si Salut Bonjour aborde parfois les sujets chauds de l’actualité, tout est mis en œuvre pour nous offrir l’information sans pour autant nous donner envie de retourner au lit en attendant des jours plus heureux.

L'équipe de Salut Bonjour en pyjama de Noël.
Crédits : Site web de Salut Bonjour


Des modèles à suivre

Soyons honnêtes, c’est encourageant et très satisfaisant de voir des gens qui sont debout depuis 3 h du matin être si rayonnants dans notre écran. Quand le jogging matinal vous dégoûte ou vous décourage, rappelez-vous que Gino Chouinard a déjà accepté de s’étirer un ischiojambier, en direct, avec Josée Lavigueur, pour une séance de steppettes. Être si bon joueur lorsqu’on se réveille aussi tôt, ça impose le respect.  

Des fois, c’est facile de se morfondre, de maudire le soleil qui se lève à nouveau. On préférerait dormir. On veut oublier tous les excès de croustilles, les moments d’insomnie et les reflux gastriques, mais vivre ces petites tempêtes, c’est humain. C’est bon de se rappeler que Gino a déjà peut-être lui aussi vécu de pareilles intempéries aux aurores. Pourtant, fidèle animateur qu’il est, il a toujours un sourire au visage et il accompagne tout le Québec pour faciliter la levée du corps.

Quand on réalise toute la discipline de Gino, c’est très impressionnant. Personne n’est à l’abri de s’égarer dans un bol de crottes de fromage et de précipitamment sombrer dans une nuit cauchemardesque, mais Gino, lui, ne peut se permettre un tel écart de conduite. Il reste toujours efficace et, peu importe le nombre d’heures dont sont constituées ses nuits, il sait livrer la marchandise.
 

Une émission chouchoute

Cette ode à Salut Bonjour, sous ses airs de plaidoyer, est évidemment remplie d’humour, mais ce qu’il faut retenir, c’est que c’est une émission qui a su se tailler une place de choix dans le cœur du public. C’est inscrit dans l’ADN de notre belle province. Il y a fort à parier que si l’on téléporte une personne du Québec sur une île déserte, avant même d’avoir réussi à faire du feu, elle aura trouvé comment regarder Salut Bonjour.