Qui est Gabrielle Roy?

Qui est Gabrielle Roy?
Léa-Kim Lafrance-Leroux incarne Gabrielle dans la série Le monde de Gabrielle Roy

Cet article est en lien avec Le monde de Gabrielle Roy

Aller à la fiche de l'émission

Gabrielle Roy est-elle une autrice québécoise ou manitobaine, ou alors, plus largement, canadienne? La question vaut la peine d’être posée, car la littérature québécoise se l’approprie rapidement, faisant parfois fi de ses racines manitobaines. Pourtant, la majorité de son œuvre porte sur son Manitoba natal, bien qu’elle ait été produite en sol québécois. Comment, alors, définir l’autrice dont la renommée est nationale et même internationale? 

François Ricard, son biographe, soutient qu’elle est en fait une autrice canadienne, par sa détermination à desservir tant son public francophone que son public anglophone. Il tient ces propos dans Gabrielle Roy, une vie : 

En ce sens, on peut dire que Gabrielle Roy est probablement, jusqu’à ce jour, [la seule écrivaine véritablement "canadienne"], au sens fédéral de ce terme, c’est-à-dire la seule dont l’œuvre transcende vraiment la barrière linguistique et qui est considérée également par les deux communautés – ou par les deux institutions littéraires – comme une de leurs membres à part entière.

« Autrice canadienne » semble être une description commune lorsqu’on inscrit son nom dans un moteur de recherche. Après tout, The Tin Flute (la traduction anglaise de Bonheur d’occasion) a aussi connu un grand succès. Gabrielle Roy a écrit quelques textes et nouvelles en anglais avant de consacrer sa vie à l’écriture de romans et contes. Elle qui, enfant, ne connaissait que la littérature anglaise, car le siècle des Lumières n'avait pas encore percé le ciel manitobain. 

Mais est-ce la seule manière de définir cette autrice pour le moins atypique? Pour Renée Blanchar, la scénariste et réalisatrice de la série Le monde de Gabrielle Roy, la terre natale de l’autrice est en fait l’écriture en soi.

La scénariste et réalisatrice Renée Blanchar sur le plateau de la série Le monde de Gabrielle Roy, en tournage à l’été 2021. Photo : Catherine Dulude

Ce qui me frappe avec Gabrielle Roy, c’est qu’elle a choisi le pays de l’écriture. Elle a tout fait pour arriver dans une zone d’écriture, qui est devenue son monde et ses repères. C’est au prix de beaucoup de souffrance. Le fait de s’arracher à son Manitoba natal, ç’a été d’une violence extrême pour elle, ç’a été quelque chose qu’elle a fait pour une survie d’écriture, car je pense que le sens de sa vie passait par l’écriture. Elle a pris ce recul pour toute sa vie revisiter son enfance et ses racines franco-manitobaines. Je crois que le choix du Québec a été un choix de survie, et de proximité de culture et de retrait de ce monde qu’elle voulait explorer en n’étant pas complètement dans un pays étranger. 

Le concept du pays de l’écriture est sans doute plus lyrique, mais permet aux lecteurs et lectrices de tous les horizons de s’approprier l’œuvre, à leur manière! 


Apprenez-en plus sur la célèbre autrice Gabrielle Roy, en attendant la diffusion de la série Le Monde de Gabrielle Roy qui aura lieu le 17 mars.