Français

Les meilleurs films internationaux de 2021

Les meilleurs films internationaux de 2021

Rétrospective culturelle de 2021

Voir tous les billets

Spencer, de Pablo Larrain

Spencer

Hiver 1991. Lady Diana passe les fêtes de Noël dans le comté de Norfolk avec la famille royale. Mais rapidement, le poids des convenances et des usages royaux la terrasse, alors qu’elle décide de mettre fin à son mariage avec Charles.

Après un film sur Jackie Kennedy, l’extraordinaire cinéaste chilien Pablo Larrain s’attaque à une autre figure mythique, Lady Di. Filmé comme un récit d’horreur atmosphérique et intense, Spencer est une plongée au cœur de l’esprit torturé de la princesse, figure même de l’oppression féminine servie par une Kristen Stewart dévouée et habitée.

 

Annette, de Leos Carax

Annette

Elle est cantatrice, lui humoriste. Le couple a tout. Même une petite fille, Annette, née mutique. Pourtant, leur passion les détruit.

Culte, dingue, enfant terrible... Leos Carax aura eu tous les surnoms. Mais avec ce mélo chanté, sur une idée et un scénario des Sparks, il conjugue violence et passion avec la grâce et la puissance d’un maître. Marion Cotillard n’aura jamais été si émouvante, Adam Driver, si physique.

 

Dune, de Denis Villeneuve

Dune

Sur la planète Dune, des hommes et des femmes se livrent bataille pour mettre la main sur l’Épice, ressource naturelle indispensable à la vie de l’empire.

Extraordinaire, gigantesque, monumental. Tout cela, Dune l’est. En grand manitou inspiré, Villeneuve orchestre un ballet tantôt épique, tantôt mélancolique, par une mise en scène folle, rapprochant le film d’une œuvre d’art pure. De quoi rendre impatient et impatiente de voir la suite, prévue pour 2023.

 

Titane, de Julia Ducournau

Titane

Une danseuse dans des spectacles automobiles – formidable Agathe Rousselle – tombe enceinte d’une Cadillac et rencontre un pompier – étonnant Vincent Lindon – dopé aux stéroïdes.

Quelle palme d’or! Sauvage, sexy, proche de l’hallucination. Pour son deuxième film, la cinéaste française Julia Ducournau épate par tant d’inventivité et d’assurance. Citant Cronenberg, Tarantino, De Palma, elle crée un univers complètement barré, mais dont l’originalité frondeuse passionne.

 

L’événement, d’Audrey Diwan

L’événement

Dans les années 60, en France, une jeune fille tombe enceinte. Elle ne veut pas garder le bébé, pour ne pas mettre en péril ses études, mais l’avortement est illégal.

Adapter Annie Ernaux, prêtresse de l’intime, est déjà un défi. Mais réussir un film si puissant, si intimement collé à l’expérience de cette jeune femme, si frontal méritait bien un Lion d’or. Audrey Diwan réussit une grande œuvre de cinéma, proche et fébrile, et révèle le talent brut d’Anamaria Vartolomei (à sortir sur les écrans québécois au début de 2022).