Français
Les pièces de théâtre de l'année 2019

Les pièces de théâtre de l'année 2019

LisaMarie Noel

5 décembre 2019

Héritage

Héritageraconte les aspirations d’une famille noire de Chicago, les Younger, alors que la prime d’assurance-vie du patriarche est sur le point d’être distribuée. Place alors aux débats sur la dignité, la reconnaissance sociale et les rôles traditionnellement associés aux hommes et aux femmes. En trame de fond : la domination blanche.

Cette œuvre phare du théâtre américain n’a pas été décevante. La distribution presque exclusivement noire est fort talentueuse. En ces temps où l’on parle de diversité à l’écran et dans les arts, Héritage a montré que la scène est mûre pour s’ouvrir à la pluralité de la société. Le succès remporté par cette pièce en fait foi!

 

Le cheval de bleu
 

Comment parler du deuil et du droit à la différence aux enfants de 5 à 10 ans? En laissant une petite fille le raconter. Avec une poésie évocatrice, elle relate des récits sur les chevaux hérités de son grand-père adoré. Le cheval de bleu est le summum de tous. Avec une seule larme, il peut devenir océan, baleine, poissons...

La pièce marque bien le virage vers l’inclusion que prennent plusieurs théâtres (notamment avec des représentations sensoriellement adaptées). Le cheval de bleu fait un pas de plus en étant présentée en deux langues : en français et en langue des signes québécoise (LSQ). Loin de n’être qu’une simple traduction, les signes, par les gestes qui y sont liés, nourrissent le propos de la pièce et sa poésie. 

 

Consentement

C’est l’un de ces soupers entre couples où il y a bien des discussions et des remises en question. Parmi les convives, deux juristes s’affrontent dans une cause d’agression sexuelle. Cette histoire vient confronter les personnages dans leur vie privée. Il sera inévitablement question de consentement, bien sûr, mais aussi de trahison, de fidélité, de justice et d’empathie.
 

S’il y a un sujet qui tombe à propos cette année, c’est bien celui de la pièceConsentement. Elle a été écrite en 2017 avant le mouvement #MoiAussi par la Britannique Nina Raine (traduite ici par Fanny Britt). Les dialogues drôles et cinglants sont portés par une talentueuse distribution (notamment Anne-Élisabeth Bossé, Patrice Robitaille, Marie Bernier et Cynthia Wu-Maheux).

 

Basse-Ville

C’est lendemain de veille dans la Basse-Ville de Québec pour un couple en devenir, un garagiste et une caissière, ainsi que son amie au chômage. Le trio dans la vingtaine partage la solitude et l’ennui d’une vie redondante. La chômeuse alimente le pessimisme. Mais les tourtereaux, « les yeux dans la graisse de bine », sont tout à coup remplis d’espoir en l’humanité.

Quelle charmante surprise que ceBasse-Ville, pièce que nous avons découverte un peu par hasard. Elle a le génie de décortiquer, avec une belle naïveté, l’amour naissant qui rend tout à coup le banal quotidien plus merveilleux. Un remède infaillible contre le cynisme et l’amertume!
 

Constituons!

Et si on écrivait la Constitution du Québec? Le hasard a choisi 42 citoyennes et citoyens pour se prêter à cet exercice démocratique non partisan chapeauté par l’Institut du Nouveau Monde. Le comédien et metteur en scène Christian Lapointe a observé et documenté tout le processus.
 

Sur scène, ça donne une pièce multimédia (de plus de trois heures!) fort distrayante et captivante. Pas de concepts légaux et constitutionnels rebutants. On s’instruit, on réfléchit et on rêve. Une bonne façon de revenir aux sources du théâtre qui était d’abord un lieu de rassemblement social et politique.