Les suggestions des auteurs québécois au Salon du livre

Salondulivre2015

Chaque année, en novembre, les mordus de lecture comme moi attendent avec impatience que les jours s’écoulent jusqu’à la fatidique journée du Salon du livre. Pour moi, c’est comme Noël. Des piles et des piles titanesques de livres, la bonne odeur du papier qui nous suit durant tout notre périple et la chance inouïe d’aller à la rencontre de nos auteurs préférés et d’échanger avec eux. Bref, c’est une marée de bonheur à l’état pur!

Le Salon du livre de Montréal 2015 est à la hauteur des attentes pour sa 38e édition qui a lieu jusqu'au 23 novembre à la Place Bonaventure.  On peut y croiser de grands noms de la littérature, tels Dany Laferrière, Éric-Emmanuel Schmitt et Monique Proulx. Pour l’occasion, j’ai demandé à plusieurs auteurs québécois qui seront présents à l'événement : « Quel livre voulez-vous acheter cette année au Salon du Livre de Montréal? » Voici leurs réponses.

Catherine Leroux :

«Au Salon du livre, je compte acheter Les maisons de Fanny Britt. C'est une auteure que j'ai découverte non pas par son théâtre, mais dans un texte publié dans Nouveau Projet il y a quelques années, qui portait sur notre rapport aux médias sociaux. Je lui ai trouvé une grande sincérité, beaucoup d'humour et une sensibilité qui me rejoignait dans mon for intérieur. Des qualités que j'ai retrouvées entières et magnifiées dans Les tranchées. J'étais emballée en entendant qu'elle allait publier un premier roman.»

Catherine Leroux a publié Madame Victoria, qui est en nomination pour Prix des libraires 2016. Elle est aussi l'auteure de Le mur mitoyen, sorti en 2013.

Martine Delvaux :

 «Je n'ai pas encore acheté, et donc pas encore lu Un amour impossible de Christine Angot, dont j'ai tout lu et que je connais, on pourrait dire, par cœur! C'est une écriture que j'admire, qui me porte, qui toujours me pousse à écrire. J'ai attendu avant de lire son dernier livre, comme on peut attendre un rendez-vous amoureux. Une fois le Salon du livre passé, je vais être prête!»

Martine Delvaux est l'auteure de Blanc dehors, son quatrième roman, qui est en lice en ce moment pour le Prix des libraires du Québec 2016. Ce livre autobiographique aborde le sujet d'un père absent qui s'est enfuit, laissant sa fille avec de nombreux questionnements.

Jimmy Beaulieu :

«J'aimerais bien acheter Whitehorse, la nouveauté de Sam Cantin. Pourquoi? Parce que j'étais trop fauché au lancement. Ça a aussi l'air assez inusité, ce qui est un peu la marque de commerce de Cantin. Un grand déstabilisant.»

Auteur prolifique de bandes-dessinées, Jimmy Beaulieu a lancé cette année Les Aventures: planches à la première personne, une bande dessinée qui laisse le lecteur s'immerger dans la vie de l'auteur de 1998 à 2015.

Julien Roy :

«Le nom qui me vient donc en tête va vous sembler un peu "je plug un ami" mais bon. Je compte acheter le premier bouquin de mon éditeur, Tristan Malavoy (Le nid de pierres, Boréal), qui est sorti il y a quelques semaines. J'ai surtout hâte de le voir porter un autre chapeau que celui d'éditeur et d'enfin pouvoir à mon tour le critiquer, haha.»

Julien Roy a signé son premier roman, Gab est perdu, qui raconte l'histoire du tourmenté Gabriel. Une oeuvre poignante dotée d'une grande poésie.

Audrée Wilhelmy :

«Je dirais que c'est L'Année la plus longue, de Daniel Grenier. J'ai très hâte de découvrir ce texte, parce que la prémisse de base est très amusante, originale, et qu'elle permet de parcourir de nombreuses époques de l'histoire nord-américaine. Comme j'aime beaucoup la plume de Daniel, je suis certaine qu'il a su faire quelque chose de formidable de cette idée déjà très inventive.»

Audrée Wilhelmy a écrit un court roman Les sangs, qui propose une relecture déjanté du conte Barbe bleue. Elle est une des neuf invités d'honneur du Salon du livre de Montréal cette année.

Gilles Archambault :

«Il est fort possible que je me procure au Salon du Livre de Montréal La septième fonction du langage de Laurent Binet (Grasset). Pourquoi? Parce que je l'ai presque acheté à Paris, retenu par le manque de place dans ma valise! Je voyage léger. Il y a aussi De Saint-Denys Garneau de Michel Biron, mais on me l'a offert.»

Gilles Archambault a publié cette année le roman Doux dément, qui met de l'avant un personnage nommé Gilles Archambault, qui ressemble étrangement à l'auteur, mais qui est veuf et âgée de quatre-vingts ans.

Geneviève Pettersen :

«Je voudrais acheter FRAYER, de Marie-Andrée Gill, parce que sa poésie est décomplexée, sans aucune concession et pleine d'images qui résonnent en moi très très fort.»

Geneviève Pettersen est l'auteure de La déesse des mouches à feu (2014), un roman qui met en vedette une adolescente de Chicoutimi-Nord en 1996 sur fond de punk rock. Ce récit touchant au langage coloré est empreint de vérité et d'une grande beauté.

Sarah-Maude Beauchesne :

«J’achèterais Tromper Martine de Stéphane Dompierre, parce que je fais un projet de recueil érotique avec lui qui sort au mois de février et j’écris une nouvelle dedans. J’ai le goût de découvrir son univers, c’est vraiment une personne géniale!»

Avec son premier roman Cœur de slush, Sarah-Maude Beauchesne a conquis le coeur des Québécoises. Son roman bonbon rappelle à plusieurs leur adolescence, parsemé de soleil, de slush et de beaux garçons.

Samuel Cantin :

«Le livre que je vais acheter, c'est Journal d'un étudiant en histoire de l'art de Maxime-Olivier Moutier. Parce que je suis un gros fan de ses autres livres et d'après ce que j'ai lu à propos de son petit dernier, la démarche et le sujet ont l'air fascinants. En fait, je l'ai déjà acheté hier pour être honnête et j'adore ça à date.»

Samuel Cantin nous revient cette année avec son roman graphique, Whitehorse. Il est aussi l'auteur de la bande dessinée farfelue et humoristique Vil et misérable.

Cyril Doisneau :

«Je souhaite acheter La petite femelle de Philippe Jaenada. J'ai lu plusieurs de ses livres et j'aime beaucoup cet auteur. Ce sont des romans qui se lisent très facilement, c'est drôle, les personnages sont attachants, bref, un bon moment à chaque fois. J'ai hâte !»

Cyril Doisneau partage avec ses lecteurs son expérience dans les coulisses de tournage du populaire film Paul à Québec, dans sa nouvelle bande dessinée parue en septembre 31 jours de tournage.

Fanny Britt :

«J'aimerais acheter Le nénuphar et l'araignée, de Claire Legendre, publié aux Allusifs. Une amie m'a parlé de ce livre hors-normes qui se penche sur les peurs en me disant que ça m'interpellerait (je suis pétrie de doutes!). J'ai très hâte de le lire.»

Les maisons est le nouveau roman de Fanny Britt. La dramaturge a également signé une magnifique bande dessinée jeunesse qui a remporté de nombreux prix, Jane, le renard et moi (2012), qui aborde le thème de l’intimidation durant l’enfance.

ICI ARTV et ICI Radio-Canada

salonlire

En terminant votre journée au Salon du livre, ICI ARTV vous invite à aller faire un tour au salon de l’émission LIRE, où vous pourrez feuilleter vos trouvailles de la journée dans de jolis sofas et aussi découvrir ARTVMAGAZINE qui sera à votre disposition. Notez également qu’ICI ARTV vous dévoile les livres qui ont marqué neufs auteurs au kiosque ICI Radio-Canada, dont Patrick Sénécal et Anaïs Barbeau-Lavalette, en compagnie de l’animatrice Claudia Larochelle de l’émission Lire.

Radio-Canada propose aussi durant toute la fin de semaine une série d’émissions et d’évènements pour tous. Il sera notamment possible d’assister à l’enregistrement en direct de l’émission Plus on est de fou, plus on lit, animée par Marie-Louise Arsenault, qui parlera de dix jeunes auteurs de la relève.

Pour les amoureux de la lecture, ce sera une fin de semaine bien remplie!

Quel livre achèterez-vous au Salon du livre?