Français

Cinéphiles

21 juillet, 13 h 35, je m'engouffre dans un ascenseur étroit en compagnie de Simon Laperrière et Nicolas Archambault, le directeur du volet Camera Lucida et le co-directeur de la section asiatique du Festival Fantasia. Talonnés par la chaleur accablante de la canicule, on marche rapidement en direction du pavillon Henry F. Hall de l'Université Concordia. En cours de route, on échange sur l'arrivée du festival sur iTunes et des retombées de ce positionnent permettant à Fantasia de rejoindre ses fans en région et de maintenir une présence à l'année longue.

Lors de l'échange animé qui s'en suit, confortablement installés dans un café climatisé de l'université Concordia, j'ai l’occasion d'en apprendre plus sur les 15 ans de cet évènement ainsi que sur les passionnés derrière son succès. En guise de conclusion, les deux programmateurs se prêteront même au jeu de suggérer aux téléspectateurs d'ARTV quelques titre à découvrir de la sélection 2011.

Quel est le parcours qui vous a conduit à faire de la programmation pour le Festival Fantasia ?

Une cinéphilie assumée doublée d'une grande sensibilité au cinéma asiatique, concrètement mes collaborations avec le fanzine Contamination, les films Sympathy for Mr. Vengeance et Ringu à Fantasia, des études en sciences humaines et en cinéma, le voyage et une curiosité assidue pour le cinéma en général. (Nicolas)

La cinéphilie, la communauté gravitant autour de Fantasia, les projections au Cinéma Impérial, l'occasion de découvrir des oeuvres inédites inaccessibles autrement, une sincère passion pour le 7ième art et une grande admiration pour les artisans du cinéma de genre. (Simon)

Pourquoi le cinéma de genre est important pour le 7ième art ?

Tout simplement parce que le cinéma de genre a donné naissance au cinéma en lui permettant, avec les films de Méliès, de s'ouvrir un champ que le cinématographe des Lumière n'avait pas encore exploité. Cette ouverture sur le champ des possibles permet aussi au cinéma de se réinventer et de rester en phase avec son époque. Phénomène culturel et cultuel (film culte) essentiellement rassembleur, le cinéma de genre a toujours parlé de son époque. Invasion of the body snatchers a su cristalliser comme nul autre film ou oeuvre les grandes peurs de années 50 aux États-Unis. Nous pouvons anticiper d'ores et déjà que les films de genre japonais à paraître dans un avenir rapproché vont fortement s'inspirer du dernier tsunami géant qui a frappé l’île . (Simon)

 

Le cinéma de genre fait partie des fondations du cinéma. Metropolis, Nosferatu, M le Maudit sont tous des films de genre. L'horreur, la science-fiction ou le fantastique, mais aussi tous les autres genres similaires, créent un lieu d’expérimentation créative où les cinéastes peuvent constamment repousser les limites du médium. Ces genres filmiques interpellent comme nuls autres la participation affective du spectateur activé par des processus de projection / identification contribuant à l'évasion tant appréciée du cinéphile. (Nicolas)

Quelle est la personne la plus intéressante que vous avez rencontré au cours de votre collaboration au sein du Festival Fantasia ?

Jean Rollin, Maurice G. Dantec. (Simon)

Naoki Hashimoto, réalisateur de Birthright, Chan-wook Park. (Nicolas)

Quels sont les festivals similaires à la ligne éditoriale de Fantasia et qu'est-ce qui les distingue ?

Le Festival de Sitges (Espagne) parce qu'ils occupent le sommet de la pyramide, le Fantastic Fest (États-Unis) parce qu'ils nous impressionnent constamment par leur dynamisme et leur audace,  Midnight Madness (Toronto) parce que comme nul autre, ils savent mettre le festif dans le mot festival !

Quel est le plus grand chef d’œuvre qu’il vous a été donné la chance de voir à Fantasia ?

À titre de spectateur : Sympathy for Mr. Vengeanceet Canary à titre de programmateur. (Simon)

http://youtu.be/1NMroColylQ

À titre de spectateur : Ringu et Parlez-nous d'amour à titre de programmateur. (Nicolas)

Quelles sont vos suggestions de films pour les télé-spectateurs d'ARTV ?

Heaven's Story(22 juillet @ 13 h)

Dharma guns (30 juillet @ 21 h 30, 1 août @ 17 h 15)

Cold FishNight Fishing (programme double) (2 août @ 18h, 4 août @ 14 h 45)

The Last Ronin (3 août @ 18 h 35)

Art Crime (28 juillet @ 19 h 00)