Français

Dominique Michel a connu une carrière et une vie bien remplies, c’est le moins qu’on puisse dire. La comédienne et chanteuse âgée aujourd’hui de 88 ans a profondément marqué le domaine artistique québécois grâce à ses multiples talents qui en ont fait une véritable icône. Elle est notamment connue pour son jeu dans les deux versions de la série Moi et l’autre – dont elle était la vedette en compagnie de Denise Filiatrault –, dans les films Le déclin de l’empire américain et Les invasions barbares, de Denys Arcand, ainsi que dans de nombreux Bye bye.

En 2020, l’artiste multidisciplinaire a été interviewée une dernière fois pour la télévision par son ami de longue date le comédien et animateur André Robitaille. Ce dernier a eu la chance de discuter longuement avec Dominique Michel de sa vie parsemée d’embûches, d’amitiés et de magie. Cet entretien intimiste sera diffusé ce vendredi 12 mars à 19 h à ICI ARTV.

Pour vous aider à patienter d’ici là, nous avons répertorié quelques-uns des grands moments de la carrière de Dominique Michel.

Les voici.
 

Aimée Sylvestre devient Dominique Michel

Adolescente, Aimée Sylvestre participe à un concours de chanson amateur organisé par la station de radio CKVL. Comme elle désire cacher ses aspirations artistiques à son père, elle adopte le nom de Dominique Michel, optant pour un de ses prénoms de baptême et le prénom du comédien français Michel Auclair, qu’elle aime beaucoup.

Puis, quelque temps plus tard, alors qu’elle n’est pas encore majeure, Dominique Michel accompagne une amie au Café Montmartre puisque cette dernière a une audition afin d’y chanter. Sur place, le propriétaire de l’endroit lui propose de tenter sa chance. Elle accepte et décroche son premier contrat de chanteuse.

Malgré son changement de nom, son père découvre finalement le pot aux roses, tout juste avant son premier spectacle au Café Montmartre, alors qu’il la surprend maquillée et vêtue de son habit de scène. Après cette première prestation, son père lui demande si elle souhaite utiliser son vrai nom dorénavant, et la jeune chanteuse lui répond du tac au tac : « Oh non, je suis bien trop connue maintenant, je ne peux plus changer! »

Ça, c’est de la répartie!
 


Voici d’autres contenus qui pourraient vous intéresser : 


 

La rencontre de Denise Filiatrault

C’est en travaillant dans les nombreux clubs et cabarets du Québec que Dominique Michel fait la rencontre de Denise Filiatrault, qui deviendra sa grande complice.

Dominique Michel et Denise Filiatrault
Dominique Michel et Denise Filiatrault - Credit photo : Radio-Canada, Francis J. Menten


Sauf qu’il s’en est fallu de peu pour que leur collaboration ne voie pas le jour. Lors de leur premier rendez-vous, Dominique Michel trouve Denise Filiatrault plutôt antipathique, alors que cette dernière qualifiera la première de prétentieuse.

Au fur et à mesure qu’elles se côtoient dans les salles de spectacle de la province, elles développent lentement, mais sûrement une amitié qui les amène à développer de nombreux projets ensemble.

Comme quoi il ne faut pas toujours se fier à la première impression!
 

En veillant sur l’perron

En 1957, Dominique Michel participe au premier Concours de la chanson canadienne organisé par Radio-Canada.

Son interprétation de la chanson En veillant sur l’perron, de l’auteure et compositrice Camille Andréa, lui vaut la deuxième place parmi les chanteurs et chanteuses de la compétition. La jeune artiste enregistre ensuite la ballade dans un studio de New York, et le succès de la chanson est grandiose : plus de 100 000 exemplaires en sont vendus et elle demeure au sommet des palmarès pendant six mois.

Les gens aimaient beaucoup veiller sur leur perron, il faut croire!


 

Moi et l’autre

En 1966, Dominique Michel et Denise Filiatrault sont les vedettes d’une nouvelle émission qui deviendra excessivement populaire : Moi et l’autre.

C’est le réalisateur de renom Jean Bissonnette qui leur propose de participer à cette série écrite par l’auteur Gilles Richer. L’émission, la première en couleur à Radio-Canada, raconte les vies tumultueuses de deux jeunes femmes colocataires habitant dans un appartement de Montréal. Le public est au rendez-vous au cours des cinq saisons que dure la première mouture de la série, de 1966 à 1971.

Puis, en 1995, l’émission revient pour 39 autres épisodes avec la même distribution que celle de la série originale, à quelques exceptions près. Cette fois, c’est Denise Filiatrault qui signe les textes.

Une émission culte, une vraie!
 

Son premier Bye bye

Quelques mois après avoir terminé de jouer dans Moi et l’autre en 1971, Dominique Michel participe à son premier Bye bye.

Dominique-Michel, Bye bye 1971
Dominique Michel Bye bye 1971, Credit photo : Radio-Canada, Francis J. Menten


C’est encore une fois en compagnie de Denise Filiatrault, et aussi du groupe humoristique Les Cyniques, qu’elle anime et joue dans la quatrième revue de fin d’année, à l’antenne de Radio-Canada. Il faut mentionner qu’elle a auparavant participé à plusieurs émissions spéciales soulignant le passage à une nouvelle année, telles qu’Au p’tit café et Ça va éclater.

Elle prend un réel plaisir à interpréter des personnalités plus grandes que nature, comme René Lévesque, Diane Dufresne et Michel Chartrand, tellement qu’elle aura finalement participé à une vingtaine de Bye bye au cours de sa carrière. Par respect pour cette grande dame du Québec, nous tairons le nombre de fois où elle a dit qu’il s’agissait de son dernier!

Longue vie à notre Dodo nationale!



Voilà ce qui complète notre recension de quelques moments d’importance dans la carrière de Dominique Michel.

Pour en savoir davantage sur sa vie loin d’être reposante, nous vous invitons à regarder Dominique Michel : j’avance ce vendredi 12 mars à 19 h à ICI ARTV.