Français
Quand le Québec importe sa télé
Télé-Québec, V Télé/Datsit, FOX, Hotbed Media

Récemment, sur le blogue, on vous parlait de concepts télé québécois qui ont été vendus à l’étranger. Il va sans dire, l’inverse existe aussi : des concepts étrangers sont régulièrement adaptés à la télévision québécoise, parfois avec brio, parfois avec… difficulté.

Fait intéressant : on importe davantage de jeux télévisés et de téléréalités que de séries dramatiques ou comiques. 

Portrait de 10 adaptations québécoises d’émissions nées à l’étranger.

 

The Office (La job)

The Office est une série britannique créée par Ricky Gervais, Greg Daniels et Stephen Merchant qui a ensuite été reprise aux États-Unis sous le même titre. La version américaine a d’ailleurs vécu plus longtemps que la version originale (deux saisons britanniques et neuf saisons américaines).

Au Québec en 2006, nous avons eu droit à La job avec Antoine Vézina dans le rôle de Michael. Les admiratrices et admirateurs de The Office étaient très heureux de cette adaptation… pour finalement déchanter rapidement.

Malheureusement, après seulement une saison sur Bell ExpressVu, rediffusée sur Radio-Canada puis ARTV, La job a dû mettre à pied tout son personnel. Il n’en reste qu’un vague souvenir.

 

Célibataires et nus Québec


Crédit : VTÉLÉ / DATSIT STUDIOS

Dating Naked (à ne pas confondre avec Naked and Afraid) est une téléréalité de rencontres amoureuses américaine où des célibataires font des activités en tête-à-tête dans le but de choisir une personne avec qui aller plus loin à la fin de l’émission. Plutôt banal, n’est-ce pas? C’est pourquoi, afin d’ajouter du piquant, tout le monde est tout nu (sauf l’animatrice). Et voilà le concept de Célibataires et nus Québec (tout est dit dans le titre). 

Marina Bastarache était à la barre de cette version québécoise présentée en 2016 à MusiquePlus et qui a attiré la curiosité, mais pas assez pour durer. Comment oublier ces célibataires qui se rencontraient pour la première fois en tenue d’Adam et Ève pour ensuite faire du barbecue ou même monter un meuble IKEA en pleine forêt? C’était très malaisant et parions qu’aucun couple formé lors de l’émission n’a survécu!

 

SNL Québec

Le samedi soir, Saturday Night Live est présentée en direct de New York. Il ne faut pas être particulièrement perspicace pour le deviner! Chaque semaine, les interprètes participent à des sketches portant principalement sur l’actualité avec une personnalité invitée qui se joint à la troupe maison. Des prestations musicales réalisées par l’artiste ou le groupe de la semaine agrémentent la soirée. Le monologue d’ouverture est très attendu, et le segment récurrent du bulletin de nouvelles à saveur humoristique est un classique. L’émission est en ondes depuis 1975 aux États-Unis, mais 39 ans plus tard, en 2014, Télé-Québec a décidé d’en faire une version québécoise qui a été quelque peu inégale. 

En février et mars 2014, Télé-Québec teste deux premières émissions de SNL Québec avec Louis-José Houde et Stéphane Rousseau comme têtes d’affiche. Il faudra attendre le mois de septembre 2014 pour que l’émission soit diffusée mensuellement, le samedi soir en direct, pour un total de sept émissions (dont une le 31 décembre). Finalement, le diffuseur en a arrêté la production, et l’émission s’est retrouvée sur ICI Télé le temps d’une présentation spéciale baptisée Le SNL de…, animée par Magalie Lépine-Blondeau. 

L’émission reposait sur le talent de Katherine Levac, Virginie Fortin, Pier-Luc Funk, Mathieu Quesnel, Mickaël Gouin, Phil Roy, Léane Labrèche-Dor et Guillaume Girard. Il faut d’ailleurs se rappeler que le public y a découvert plusieurs de ces interprètes hors pair à l’époque!

 

Devine combien je gagne 


Crédit : Hotbed Media

Adaptation de l’émission britannique Win My Wage, Devine combien je gagne était animée par François-Étienne Paré en 2009 et diffusée à V.  La personne participant au jeu se retrouvait devant dix personnes et devait deviner, grâce à des indices et à son intuition, qui empoche le meilleur salaire. Si elle réussissait, elle gagnait un montant correspondant à ce salaire. Sinon, elle partait les mains vides. 

C’était un jeu un peu vide basé principalement sur les préjugés. « Toi, tu n’as pas l’air d’avoir une très bonne éducation, alors tu dois être secrétaire » et autres phrases du genre qui faisaient grincer des dents. En moyenne, les personnes y participant repartaient avec 22 000 $. Le plus haut « salaire » remporté a été de 75 000 $. Cette émission n’a connu qu’une seule saison.

 

La classe de 5e 

Animée par Charles Lafortune, La classe de 5e a connu un vif succès à TVA entre 2009 et 2011. L’émission est la version québécoise de Are You Smarter Than a 5th Grader?, née aux États-Unis en 2007. Les personnes y participant se mesuraient à cinq élèves de 10 ans et se faisaient poser des questions de culture générale sur de la matière enseignée en 5e année du primaire. Histoire, géographie, mathématiques, français : tout y passait. Et le prix en argent était intéressant : 250 000 $ (au maximum). Si la personne participant au jeu n’arrivait pas à répondre correctement aux questions, elle devait se tourner vers la caméra et affirmer : « Je ne suis pas plus brillant ou brillante qu’un élève de 5e. » 

Ça semblait facile, mais plusieurs d’entre nous n’auraient pas réussi à répondre aux questions. Le concept est tellement populaire qu’il a été repris dans plus de 35 pays depuis sa création!

 

Mais où se cache Carmen Sandiego? 

Seule émission jeunesse de notre petite sélection, Mais où se cache Carmen Sandiego? était un jeu télévisé pour les ados axé sur la géographie, diffusé sur Télé-Québec. Martin Drainville et Pauline Martin en étaient aux commandes, de 1995 à 1998.

Trois jeunes répondaient à des questions afin de retrouver un voleur ou une voleuse dans une ville. Les deux avec le meilleur pointage passaient à la deuxième ronde : trouver le mandat d’arrêt, le butin et le bandit en fouillant la ville. Le première personne à réussir se rendait alors au dernier tour : essayer de retrouver Carmen Sandiego, le cerveau derrière l’opération! On se souvient du jeu final où les ados devaient aller mettre des bornes sur une carte géante au plancher. C’était stressant, et très peu réussissaient cette dernière épreuve! 

Ce jeu-questionnaire est, à la base, un jeu vidéo éducatif américain qui s’appelle Where in the World Is Carmen Sandiego?, dans lequel le joueur ou la joueuse se glisse dans la peau d’un agent ou une agente d’Interpol pour retrouver Carmen Sandiego. Après sa création, en 1985, le jeu est devenu une série d’animation en 1994 et un jeu-questionnaire aux États-Unis pour ensuite être adapté un peu partout dans le monde (Allemagne, Espagne, Nouvelle-Zélande, Malaisie et Québec).

 

The Masked Singer

Dans ce concept sud-coréen originalement intitulé King of Masked Singer, une personne invitée masquée doit chanter (bien ou mal, à sa discrétion) en portant un costume loufoque qui nous empêche de deviner son identité. Quelle personnalité connue se cache sous ce masque? C’est ce que les juges doivent tenter de deviner.

Ce concept, qui a vu le jour en 2015, a déjà fait fureur dans plus de 40 pays. Il sera adapté au Québec l’automne prochain à TVA dans un format de 11 émissions de 60 minutes animées par Guillaume Lemay-Thivierge. Quelles vedettes se prêteront au jeu? Le concept séduira-t-il le public québécois?

 

Alors, saviez-vous que tous ces concepts étaient venus d’ailleurs? Lesquels vous rappellent les plus beaux souvenirs?