Normand D'Amour en 5 rôles incontournables

Normand D'Amour en 5 rôles incontournables
Crédit : Radio-Canada

Découvrez plus de contenus au sujet de l'émission Culturama

Aller à la fiche de l'émission

Comédien à la carrière prolifique, notamment au théâtre, Normand D’Amour s’est également glissé dans la peau de nombreux personnages au petit écran et au cinéma depuis les années 1980. Bien souvent, il donne vie à des protagonistes imprévisibles, dont l’intensité cache une grande vulnérabilité.

Depuis bientôt quatre décennies, l’acteur né à Montréal en 1962 se tient bien occupé. Ce dernier a joué dans plus de 60 pièces de théâtre, une trentaine de téléséries, ainsi qu’une quinzaine de films. De plus, ce grand passionné de jeux de société est l’un des cofondateurs de l’entreprise Randolph.

À l’occasion de son passage à l’émission Culturama le vendredi 26 janvier à 22 h, voici un survol de quelques-uns de ses rôles marquants. 

 

Depuis 2022 : Pascal St-Cyr dans Stat 

Normand D'Amour dans Stat.
Crédit : Aetios Productions/Radio-Canada

Depuis deux saisons, dans la quotidienne de Radio-Canada Stat, Normand D’Amour prête ses traits au médecin Pascal St-Cyr dont les crises de colère sont parfois impressionnantes : le mur de son bureau en témoigne! Le grand frère d’Emmanuelle (Suzanne Clément) est un oncologue intimidant qui porte un lourd bagage de violence depuis son enfance. Également directeur des services professionnels de l’hôpital Saint-Vincent, il doit constamment travailler sous pression, ce qui explique parfois son comportement instable, mais il cache également une grande sensibilité. Il s’agit d’un personnage complexe et intense que Normand D’Amour fait évoluer avec brio.

 

2016-2019 : Jean-Luc De Vries dans Ruptures

Normand D'Amour dans Ruptures.
Crédit : Aetios Productions/Radio-Canada

C’est un personnage mal-aimé du petit écran dont avait hérité l’interprète pour la série Ruptures diffusée sur ICI Télé. Durant les cinq saisons qu’ont duré ce drame judiciaire de Fabienne Larouche, Normand D’Amour a incarné Jean-Luc De Vries, un patron d’une firme d’avocats qui va user de diverses techniques malfaisantes pour nuire à Ariane Beaumont (Mélissa Désormeaux-Poulin), avocate spécialisée en droit de la famille qui cherche à défendre les victimes et les parias. Ce qui est certain, c’est qu’on a adoré haïr ce personnage!

 

2015 : Adrien Dubé dans le film Le garagiste

Ce premier long métrage de Renée Beaulieu aborde de front le sujet de la maladie. Le comédien y endosse le rôle d’Adrien Dubé, un mécanicien du Bas-Saint-Laurent qui souffre d’une maladie rénale nécessitant plusieurs séances de dialyse par semaine et qui attend une greffe. Ce drame, qui met aussi en vedette Louise Portal et Pierre-Yves Cardinal, explore en profondeur le rapport du protagoniste à la souffrance et démontre comment celle-ci façonne son existence. Il s’agit de l’un des rôles les plus significatifs de Normand D’Amour, où encore une fois, il personnifie avec justesse un humain complexe, qui dissimule des émotions à fleur de peau derrière un tempérament taciturne.

 

2009 - 2016 : William Harrison dans Yamaka

Des personnages de Yamaska lors de funérailles.
Crédit : TVA.

Voici un autre rôle incontournable du comédien. Dans la série Yamaska, diffusée pendant 7 saisons sur les ondes de TVA, Normand D’Amour joue William Harrison, un traducteur de Granby et un père de famille qui sera plongé au cœur d’un drame à la suite d’un accident mortel. Ce téléroman dramatique s'intéresse à la vie de trois familles en apparence proches et à leurs nombreux secrets. Yamaska a rencontré un grand succès auprès du public et le jeu de Normand D’Amour a été récompensé par deux prix Gémeaux pour le meilleur premier rôle masculin – téléroman, en 2010 et en 2011.

 

2008 : Henri dans le film Tout est parfait 

Pour ce film de Yves-Christian Fournier, l’acteur joue le rôle d’un père alcoolique et écorché par la vie. Ce dernier traverse le deuil de son fils adolescent Thomas, retrouvé pendu, et se lie d’amitié avec le jeune Josh (Maxime Dumontier). Malheureusement, son fils n’est pas le seul à s'être donné la mort. Ce film à l’intrigue sombre explore les thématiques de la souffrance psychologique et du suicide, notamment chez les jeunes, avec une authenticité percutante. Grâce à son réalisme, l'œuvre a récolté plusieurs prix et nominations dans des festivals internationaux. Quant à Normand D’Amour, son interprétation lui vaut en 2009 le prix Iris (anciennement prix Jutra) de la meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien.

 

On aurait pu citer tant d’autres productions télévisuelles et cinématographiques marquantes auxquelles le comédien a pris part : Le grand remous, Lance et compte, 5150, rue des Ormes, De père en flic, La déesse des mouches à feu, Les Invincibles, etc. 


Plus récemment, on a eu l’occasion de le voir dans la comédie Contre-offre sur Noovo, et il présente en ce moment la pièce Le dîner de cons sur les scènes du Québec aux côtés de sa femme Pascale Montreuil ainsi que de Laurent Paquin et René Simard.