Français
2021 : des souhaits pour notre télé
TVA, Bell Média

Ce billet vous est offert par l’équipe web de C’est juste de la TV.


L’année 2020 est enfin derrière nous. C’est le cœur plein d’espoir qu’on souhaite que 2021 soit à l’antipode de la majeure partie de la dernière année. Délaissons les résolutions, de toute façon, c’est bien trop éphémère. C’est garanti qu’à la fin de janvier, toutes nos belles intentions se seront envolées aussi rapidement que notre capacité à nous souvenir du couple gagnant de la dernière saison d’Occupation double. Faisons plutôt place aux souhaits, qui ne sont pas garants de l’avenir, mais auxquels il est plaisant de croire. Surtout, c’est moins plate que d’arrêter de fumer, de devenir végane ou d’essayer de maigrir. 

On a donc décidé d’y aller avec nos propres suggestions de souhaits pour la postérité de nos émissions et de nos vedettes préférées.

***

Gino Chouinard – Salut, bonjour!

En 2021, on veut un Gino Chouinard terre à terre sur le plan vestimentaire. Gino, c’est un peu comme notre coloc à tous et toutes. Le matin, peu importe notre état, il est là. Fier, souriant et terriblement propre de sa personne. En ce qui nous concerne, derrière notre tasse de café, les cheveux bien ébouriffés, on avoue que c’est parfois tout le contraire. Par conséquent, ce qu’on propose à Gino, c’est de se montrer plus vulnérable, plus réaliste. 

Ce qu’on souhaite, c’est de le voir habillé en mou, tout simplement. On le veut à l’image du Québécois moyen qui déjeune à grands coups de toasts au beurre d’arachides trop grillées. Bref, on veut avoir l’impression de voir notre reflet dans la télé.

 

Patrick Huard – La tour

En 2021, on veut que Patrick Huard nous parle encore plus souvent entre quatre yeux, comme si on était voisins et qu’on se piquait une jasette de cadre de porte. Dans l’émission La tour, lorsque Patrick prend le temps de nous préparer des petits « apartés » pour nous expliquer certaines choses ou nous donner son opinion, on aime ça. 

Notre souhait est tout simple : on veut plus de Patrick en col roulé, qui, comme un bon papa, nous fait des petites confidences. Il était temps que quelqu’un se réapproprie l’aparté. Ça faisait trop longtemps que cette convention vivait dans l’ombre de Ramdam.

L'animateur, humoriste et réalisateur Patrick Huard.
Crédits photo : TVA

 

Stéphane Fallu – Refuge animal

En 2021, on veut que ce soit la dernière saison de l’émission. Comprenons-nous bien, on adore voir Stéphane Fallu faire du bénévolat à la SPCA Roussillon. Ce qu’on aime moins, c’est de brailler chaque semaine pendant l’émission. Ça suffit de passer toutes nos réserves de boîtes de Kleenex semaine après semaine. On ne veut pas commencer à se moucher avec notre papier de toilette; des plans pour qu’on en manque pour la vraie besogne (et en pandémie, on a toujours peur de manquer de quelque chose). 

C’est tellement touchant de découvrir l’histoire des animaux. Qu’on suive un abandon ou une adoption, on finit toujours par verser une petite larme. Mais au fond, on n’en veut plus, d’abandons! On veut un monde idyllique pour nos amis les animaux, fini Refuge animal…. Et pour ce qui est de Fallu, eh bien, donnez-lui un talk-show, on veut le garder au petit écran!

 

Julie Snyder – La semaine des 4 julie

En 2021, on veut une Julie Snyder qui arrête de s’épivarder dans l’étalage de ses moyens comme si elle était la riche reine du royaume de Noovo. Après tout, depuis que Michèle Richard s’est proclamée reine de TQS, les temps ont changé. Inutile d’animer un show en grande pompe, on aime Julie quand elle choisit la simplicité et l’authenticité. Une roue humaine et un tapis roulant, c’est bien beau, mais ce qui n’a pas de prix, c’est des personnalités invitées qu’on n’aurait jamais vues ailleurs!

On souhaite encore plus d’entrevues éloquentes, de questions pertinentes et de personnes invitées improbables (comme Marie-Chantal Toupin!). Bref, moins de « wow » dans le clinquant, et encore plus dans le contenu!

 

Anémone Leduc – Une autre histoire

En 2021, on veut une Anémone Leduc qui embaume ses clients le cœur léger et qui arrête de stresser pour un porte-monnaie rangé dans le frigo, entre la livre de beurre et le deux litres de lait. Notre souhait de nouvelle année pour la célèbre thanatopractrice de Belleville, c’est d’arrêter les histoires de dénonciations à la police. On veut qu’elle se concentre sur sa consommation de limoncello, sur sa relation avec le beau Émilien et sur ses enfants. Tout le reste, on veut qu’elle l’oublie!

Bon, bien sûr, son alzheimer précoce va finir par lui faire oublier tout ça un jour, mais ce serait chouette que ce soit un choix conscient.

Marina Orsini interprète le rôle d'Anémone Leduc dans Une autre histoire.
Crédits photo : Radio-Canada

 

Un souper presque parfait

En 2021, on veut accepter la nouveauté, mais garder les valeurs sûres. On veut continuer de rire des candidates et des candidats qui, la plupart du temps, semblent s’être inscrits à l’émission par flagrant manque d’attention. On veut encore plus de malaises autour d’un sauté de légumes digne d’un soir de semaine, mais qui se retrouve au cœur d’une compétition culinaire. On veut continuer de crier au scandale quand on découvre que la crème glacée n’est pas faite maison. 

Avec le départ d’André Ducharme après 10 ans de loyaux services, rien ne sera plus pareil, mais on souhaite tout de même que USPP puisse continuer de nous servir de nombreux repas plus divertissants les uns que les autres.

 

5e rang

En 2021, on veut que Tina laisse les gens de Valmont tranquilles et qu’elle arrête de les entraîner vers le côté sombre de la force. C’est à croire qu’avec son grand manteau noir, elle réussit à obtenir tout ce qu’elle veut et à semer la pagaille à la ferme de Marie-Luce. Déjà que Paul, le garagiste, a vendu son commerce à cause d’elle, il ne faudrait pas que toute la ville y passe. Bref, on veut que les sœurs Goulet fassent la loi, que Gladys « frenche » la police, que Jean-Michel suive des cours de diction, que Tina finisse dévorée par un cochon et que le fameux tueur en série pourrisse en prison.

 

Pierre-Yves Lord

En 2021, on veut que Pierre-Yves Lord cesse de manger des kilomètres d’asphalte et de brûler du gaz comme s’il n’y avait pas de lendemain. On va se le dire : PY travaille beaucoup. Il vit à Québec, mais est toujours rendu à Montréal! Ça fait beaucoup de route, et ça produit des gaz à effet de serre. Que diraient les jeunes hyper intègres et à l’esprit vif qu’il côtoie sur le plateau de 100 génies? De nos jours, les jeunes sont ultrasensibles à la cause environnementale, et on pense que P.Y. devrait s’en inspirer! En plus, autant d’essence, ça finit par coûter cher. Donc, ce qu’on lui souhaite, c’est d’avoir la chance de faire un petit 5 à 7 avec Pierre-Yves McSween. Un tête-à-tête de « Pierre-Yves au carré », vous imaginez? 

On veut un entretien sérieux où Lord pourrait bénéficier des conseils financiers de McSween. Loin de nous l’idée que Lord soit mal outillé pour gérer son portefeuille, mais on se dit que, si McSween décidait de l’héberger, ça ferait une très bonne émission sur la colocation.

L'animateur Pierre-Yves Lord.
Crédits photo : Radio-Canada

 

Marie-Mai

En 2021, on veut une Marie-Mai qui fait « sa petite affaire » sans avoir besoin d’être sous les projecteurs. Cet automne, tout le Québec s’est invité chez Marie-Mai pour découvrir ses rénovations et son nouveau mode de vie. Notre commentaire éditorial sur le show : c’est bien beau d’avoir choisi la couleur « sarcelle ciel de Rome » pour peinturer les murs du salon, mais en pleine crise sanitaire qui nous enferme à la maison, on risque d’en avoir vite ras le pompon de l’Italie. 

Qu’à cela ne tienne, Marie-Mai a entamé ses rénovations comme une thérapie. À grands coups de marteaux et de pinceaux, elle allait devenir une femme avec un grand F. Nous, dorénavant, ce qu’on souhaite à Marie-Mai, c’est qu’elle trouve une meilleure façon de s’émanciper qu’en animant une énième émission de décoration.

 

Les bulletins de nouvelles

En 2021, on veut voir un bulletin de nouvelles 100 % festif. On veut donner un répit à nos chefs d’antenne. Peu importe le réseau, peu importe la chaîne, en pleine pandémie, ils et elles ont su couvrir l’actualité comme personne. Comment oublier Patrice Roy qui passe proche de s’endormir en plein reportage sur le Cirque du Soleil? Va te coucher mon beau Patrice, le cirque peut attendre, mais pas ta santé!  

Donnons-leur du beau, des nouvelles festives! Pourquoi pas un championnat de bingo régional qui se termine en rassemblement (à distance!) de hippies en faveur du retour de la poterie? Ou un débalancement climatique inattendu qui, cette fois, remettrait les choses dans l’ordre? Ça ferait de belles images d’ours polaires qui se la coulent douce sur les banquises au bulletin de 18 h. Et ça, c’est sans parler de Greta qui se balancerait les deux tresses dans le bonheur.

Enfin, ce qu’on souhaite de tout cœur à nos chefs d’antenne, c’est d’annoncer très prochainement que tout est revenu à la normale.

Si ces quelques souhaits se réalisent, l’année télé sera merveilleuse!

Bon début d’année, tout le monde, et surtout, bonne année à tous les artisans et artisanes de la télé!


Plus d’articles sur le blogue de C’est juste de la TV :